« Une pause par jour » – 9 novembre 2015

Dédicace de la Basilique du Latran : « Il parlait du sanctuaire de son corps » – Évangile de Jésus Christ selon Saint Jean  (Jn 2, 13-22)

Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. » Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment. Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

Ne laissons pas squatter notre cœur…

En s’affirmant capable de rebâtir le Temple de Jérusalem en trois jours, Jésus joue clairement la provocation. Le pari est tout simplement impossible ! À moins qu’il ne s’agisse d’un autre temple, non pas composé de pierres celui-là, mais fait de chair et de sang. En fait, le Christ évoque déjà Pâques, l’écroulement, le vendredi, de son propre corps sur la croix, l’effroyable champ de ruine du tombeau, le samedi, et les grandes «relevailles» du matin de la Résurrection…

Le message de Jésus est clair : aucun temple n’est plus grand que l’homme lui-même. Le seul « saint des saint », le seul « tabernacle» devant lequel il est urgent de s’agenouiller, c’est l’homme. Car c’est en l’homme que Dieu a dressé sa tente, c’est au cœur de l’homme qu’habite l’Esprit. « Nous sommes le temple de Dieu. » Fabuleuse bonne nouvelle d’un Dieu qui choisit chacune et chacun d’entre nous pour y élire domicile !

Mais encore faut-il qu’il trouve en nous un peu de place. Encore faut-il que, à l’exemple de Jésus, nous ne craignions pas de chasser tous les «marchands du temple » qui «squattent» sans vergogne notre cœur ! Soyons lucides : notre âme est souvent bien encombrée, littéralement envahie par le grand «bazar» de nos désirs contradictoires : colère, passion, jalousie, ambition, individualisme…

Suivre le Christ, c’est d’abord user du fouet contre cette mauvaise «foire intérieure» qui, de son matérialisme triomphant, étouffe si souvent notre cœur, bloque et tarit, en notre âme, la source divine. «C’est sûr, il y a en nous quelqu’un d’à moitié étouffé qui a absolument besoin de se mettre à l’aise », disait Claudel.

Prière

Dieu fidèle, sur la foi de l’apôtre Pierre, tu bâtis ton Eglise, et son témoignage reste le fondement de notre propre foi. Fais de nous les pierres vivantes dont tu bâtis ta demeure éternelle; élargis notre accueil pour que les portes de ta maison s’ouvrent à tous les hommes, par Jésus, ton Fils, notre Seigneur. Amen!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s