Le doyenné de Gedinne/Bouillon a « son » nouveau doyen…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La fête, la fête, aujourd’hui, c’est la fête… la fête, la fête, la fête de la joie … » Ce refrain, l’abbé Casmir l’entonne avec joie lors de certaines de ses homélies et encourage les personnes présentes à le chanter avec lui …  Et c’était bien une magnifique double fête qui a eu lieu ce dimanche 13 mai en l’église Saint Hubert de Bièvre ; double fête car l’abbé Casmir était installé comme doyen de Gedinne/Bouillon, mais passait aussi le cap de ses 50 ans. L’eucharistie a été célébrée par Monseigneur Vancottem, évêque de Namur, assisté par de nombres prêtres et diacres. Parmi l’assistance, on pouvait reconnaître des paroissiens d’un peu partout, des autorités communales, des membres des fabriques d’église, de la confrérie Saint Eloi de Bouillon et des proches de l’abbé Casmir venus du Nigéria ou des Etats Unis. Monsieur Gérard Clarinval a lu un mot d’accueil au nom de tous les fabriciens et a souhaité à Casmir un très heureux 50ème anniversaire. Ensuite, Monseigneur Vancottem a souligné de manière humoristique qu’il fallait bien que Casmir ait 50 ans pour que ça fasse sérieux … comme doyen.  En commentant l’évangile du jour dans son homélie (Jean 17, 11-19), notre évêque a souligné le fait « qu’il ne s’agit pas de se retirer du monde où Dieu est largement ignoré. Il s’agit d’être pour Dieu dans ce monde en témoignant dans notre vie du bonheur d’être chrétien. » Monseigneur Vancottem a souligné sa joie d’envoyer le nouveau doyen en mission, avec le vice-doyen Irénée. Une belle collaboration peut commencer ici entre eux deux a-t-il ajouté. « Le doyen doit avoir le souci de chacun dans son cheminement vers Dieu et le souci de l’unité du Corps du Christ ». Il a souhaité que nous puissions vivre de la présence de Dieu au quotidien et être témoins de cette présence autour de nous. « Casmir est envoyé comme signe de l’unité parmi nous ».  Après l’homélie, des membres représentant les différents secteurs de notre doyenné ont participé à la procession des signes (lumière, clés et lectionnaire) et un jeune a apporté le Cierge Pascal. Monseigneur Vancottem a lu la lettre de mission et remis symboliquement une étole au nouveau doyen. La procession d’offrandes a été présentée par des membres de la famille de l’abbé Casmir. A la fin de l’eucharistie, un membre de la confrérie Saint Eloi de Bouillon a prononcé un mot de merci. L’abbé Casmir a remercié sa maman sans qui il ne serait rien. Il a entonné un chant traditionnel nigérian de la fête des mamans, repris par la famille en frappant dans les mains, suivi également par l’assemblée. Monseigneur Vancottem a béni tous ceux qui vont collaborer avec le nouveau doyen dans les différentes pastorales. Après la célébration, un apéritif offert par les fabriques d’église et un repas nigérian préparé par la famille de Casmir a réuni presque 300 personnes au patro St Hubert de Bièvre.

Une magnifique journée de fête ! Un beau mélange de diverses nationalités et traditions !

Félicitations et fructueux apostolat à l’abbé Casmir, nouveau doyen de Gedinne-Bouillon et l’abbé Irénée, vice doyen !

Merci à Etienne Wanlin pour les magnifiques photos ! 🙂 

Véro

« Une pause par jour » – 16 mai 2018

Première lecture – « Je vous confie à Dieu, lui qui a le pouvoir de construire l’édifice et de donner à chacun l’héritage » (Ac 20, 28-38) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, Paul faisait ses adieux aux Anciens de l’Église d’Éphèse. Il leur disait :
« Veillez sur vous-mêmes, et sur tout le troupeau dont l’Esprit Saint vous a établis responsables, pour être les pasteurs de l’Église de Dieu, qu’il s’est acquise par son propre sang. Moi, je sais qu’après mon départ, des loups redoutables s’introduiront chez vous et n’épargneront pas le troupeau. Même du milieu de vous surgiront des hommes qui tiendront des discours pervers pour entraîner les disciples à leur suite. Soyez donc vigilants, et souvenez-vous que, durant trois ans, nuit et jour, je n’ai cessé, dans les larmes, de reprendre chacun d’entre vous. Et maintenant, je vous confie à Dieu et à la parole de sa grâce, lui qui a le pouvoir de construire l’édifice et de donner à chacun l’héritage en compagnie de tous ceux qui ont été sanctifiés. Je n’ai convoité ni l’argent ni l’or ni le vêtement de personne. Vous le savez bien vous-mêmes : les mains que voici ont pourvu à mes besoins et à ceux de mes compagnons. En toutes choses, je vous ai montré qu’en se donnant ainsi de la peine, il faut secourir les faibles et se souvenir des paroles du Seigneur Jésus, car lui-même a dit : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. » Quand Paul eut ainsi parlé, il s’agenouilla et pria avec eux tous. Tous se mirent à pleurer abondamment ; ils se jetaient au cou de Paul et l’embrassaient ; ce qui les affligeait le plus, c’est la parole qu’il avait dite : « Vous ne verrez plus mon visage. » Puis on l’accompagna jusqu’au bateau. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 15 mai 2018

Première lecture – « J’achève ma course et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus » (Ac 20, 17-27) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, depuis Milet, Paul envoya un message à Éphèse  pour convoquer les Anciens de cette Église. Quand ils furent arrivés auprès de lui, il leur adressa la parole : « Vous savez comment je me suis toujours comporté avec vous, depuis le premier jour où j’ai mis le pied en Asie : j’ai servi le Seigneur en toute humilité, dans les larmes et les épreuves que m’ont values les complots des Juifs ; je n’ai rien négligé de ce qui était utile, pour vous annoncer l’Évangile et vous donner un enseignement en public ou de maison en maison. Je rendais témoignage devant Juifs et Grecs pour qu’ils se convertissent à Dieu et croient en notre Seigneur Jésus. Et maintenant, voici que je suis contraint par l’Esprit de me rendre à Jérusalem, sans savoir ce qui va m’arriver là-bas. Je sais seulement que l’Esprit Saint témoigne, de ville en ville, que les chaînes et les épreuves m’attendent. Mais en aucun cas, je n’accorde du prix à ma vie, pourvu que j’achève ma course et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus : rendre témoignage à l’évangile de la grâce de Dieu. Et maintenant, je sais que vous ne reverrez plus mon visage, vous tous chez qui je suis passé en proclamant le Royaume. C’est pourquoi j’atteste aujourd’hui devant vous que je suis pur du sang de tous, car je n’ai rien négligé pour vous annoncer tout le dessein de Dieu. » – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 14 mai 2018

Première lecture – « Le sort tomba sur Matthias, qui fut donc associé par suffrage aux onze Apôtres » (Ac 1, 15-17.20-26) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères qui étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes, et il déclara : « Frères, il fallait que l’Écriture s’accomplisse. En effet, par la bouche de David, l’Esprit Saint avait d’avance parlé de Judas, qui en est venu à servir de guide aux gens qui ont arrêté Jésus : ce Judas était l’un de nous et avait reçu sa part de notre ministère. Il est écrit au livre des Psaumes :
Que son domaine devienne un désert, et que personne n’y habite, et encore : Qu’un autre prenne sa charge. Or, il y a des hommes qui nous ont accompagnés durant tout le temps où le Seigneur Jésus a vécu parmi nous, depuis le commencement, lors du baptême donné par Jean, jusqu’au jour où il fut enlevé d’auprès de nous. Il faut donc que l’un d’entre eux devienne, avec nous, témoin de sa résurrection. » On en présenta deux : Joseph appelé Barsabbas, puis surnommé Justus, et Matthias. Ensuite, on fit cette prière : « Toi, Seigneur, qui connais tous les cœurs, désigne lequel des deux tu as choisi pour qu’il prenne, dans le ministère apostolique, la place que Judas a désertée en allant à la place qui est désormais la sienne. » On tira au sort entre eux, et le sort tomba sur Matthias, qui fut donc associé par suffrage aux onze Apôtres.       – Parole du Seigneur.

Lire la suite