Histoire de « Tout le monde, Quelqu’un, Chacun et Personne »

pronoms-indefinis« Après avoir passé 2.000 ans auprès de son Père, Jésus constate non seulement que l’Eglise attire de moins en moins de fidèles, mais aussi que les jeunes croient de plus en plus difficilement en l’existence d’un Dieu d’Amour et en la Vie éternelle. Il demande alors à son Père l’autorisation de redescendre quelques temps sur la terre afin de ré évangéliser les gens.

Arrivé ici-bas, Jésus se rend compte que les gens s’intéressent peu à la religion et à Dieu. Il n’arrive donc qu’à réunir 4 personnes autour de lui pour l’aider dans sa mission. Ces individus s’appellent: Tout le monde, Quelqu’un, Chacun et Personne.

Le travail étant très important à accomplir, Jésus demande tout de suite à Tout le monde de se mettre à la tâche. Mais Tout le monde étant persuadé que Quelqu’un le ferait – Chacun aurait pu le faire aussi – mais en réalité,  Personne ne le fait.

Attristé de voir Jésus se décourager, Quelqu’un se fâcha et rappela que c’était la responsabilité de Tout le monde ! Mais Tout le monde s’excusa en disant qu’il avait pensé que Chacun pouvait le faire, et Personne ne doutait que Quelqu’un le ferait. En fin de compte, Tout le monde s’énerva et fit des reproches à Chacun, parce que Personne n’avait fait ce que Quelqu’un aurait pu faire.

Jésus, déçu de cette situation, remonta auprès de son Père. Ce dernier essaya de consoler son Fils en lui disant : « Tu as eu raison de ne pas compliquer la situation en adressant des reproches à Tout le monde même s’il aurait été bon que Chacun fasse ce qu’il devait faire, sans jamais nourrir l’espoir que Quelqu’un le fasse à sa place, car l’expérience a souvent montré que là où on attend Quelqu’un pour faire quelque chose, généralement on ne trouve Personne.

Que la fête d’aujourd’hui et cette amusante histoire nous invitent à réfléchir, à nous poser la question : « Comment je peux m’engager concrètement, comment je peux aider le Christ à construire son royaume dans ce monde ? »

Extrait de l’homélie prononcée par le Père Thomas Kania , prêtre de Paliseul lors de la fête du Christ Roi et de la fête de Sainte Cécile à Paliseul le 20 novembre 2016.

« Une pause par jour » – 22 septembre 2015

Mardi 22 septembre 2015 : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique » – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 8, 19-21)

Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. »En ce temps-là, la mère et les frères de Jésus vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule. On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. » Lire la suite

« Une pause par jour » – 21 septembre 2015

21 septembre 2015 Fête de Saint Matthieu, évangéliste : « Suis-moi. L’homme se leva et le suivit » – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 9, 9-13)

En ce temps-là, Jésus sortit de Capharnaüm et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.

Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? »

Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice. En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » Lire la suite

« Une pause par jour » – 7 septembre 2015

« Ils observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat »
 Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 6, 6-11)

Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la synagogue et enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était desséchée. Les scribes et les pharisiens observaient Jésus pour voir s’il ferait une guérison le jour du sabbat ; ils auraient ainsi un motif pour l’accuser. Mais lui connaissait leurs raisonnements, et il dit à l’homme qui avait la main desséchée : « Lève-toi, et tiens-toi debout, là au milieu. » L’homme se dressa et se tint debout.

Jésus leur dit : « Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ? » Alors, promenant son regard sur eux tous, il dit à l’homme : « Étends la main. »  Il le fit, et sa main redevint normale. Quant à eux, ils furent remplis de fureur  et ils discutaient entre eux  sur ce qu’ils feraient à Jésus. Lire la suite