Confiance, Confiance …

Le Père Pierre Ceyrac, jésuite missionnaire en Inde, a raconté cette histoire d’une fillette de six ans dans son livre « Mes racines dans le Ciel » (Renaissance, 2004) :

Son petit frère se mourait d’une tumeur au cerveau. Et ses parents, qui n’étaient pas riches avaient tout fait pour le sauver. Un soir, le papa dit à sa femme, qui avait les larmes aux yeux :
– Tu sais chérie, je crois que c’est fini. Seul un miracle pourrait le sauver.
La fillette, dans un coin de la pièce a tout entendu. Elle va dans sa chambre, prend l’argent de sa tirelire et sans bruit se dirige vers la pharmacie la plus proche. Elle s’approche du comptoir, se hisse sur la pointe des pieds et aligne ses petites pièces sur le comptoir, un dollar et onze cents, devant le pharmacien étonné :
– C’est pour mon petit frère. Il est très malade. Il a un gros bouton qui pousse dans sa tête. Et papa a dit à maman qu’il fallait un miracle pour le sauver. Je suis venu acheter un miracle. Le pharmacien, avec un sourire attristé lui répond :
– Tu sais, ma petite, nous ne vendons pas de miracle ici.
– Si ce n’est pas assez, répond l’enfant, je vais ramasser un peu plus d’argent. Combien ça coûte un miracle ?
Dans la pharmacie, un monsieur grand et bien habillé écoutait la conversation. Il se rapproche de la petite qui avait les larmes aux yeux.
– Pourquoi pleures-tu ? Que se passe-t-il ?
– Monsieur, le pharmacien ne veut pas me vendre un miracle et me dire combien ça coûte. C’est pour mon petit frère André qui est très malade. Maman dit qu’il faudrait une opération mais papa dit que ça coûte trop cher et qu’il faudrait un miracle pour le sauver.
– Je vois que tu as un dollar et onze cents, c’est exactement le prix d’un miracle pour ton frère.
Il prit la somme dans sa main et dans l’autre, prit doucement la main de la
fillette.
– Amène-moi chez toi. Je voudrais voir ton petit frère et aussi papa et maman et voir avec eux si je puis trouver le miracle dont vous avez besoin.
Le monsieur bien habillé n’était autre que le Dr Carlton Amstrong, le grand neurochirurgien. Il opéra l’enfant et André rentra à la maison quelques
semaines plus tard, complètement guéri.
– Cette opération, murmura la maman est un vrai miracle. Je me demande
combien ça a coûté ?
La petite fille sourit sans rien dire. Elle savait, elle, combien le miracle avait coûté : un dollar et onze cents… plus bien sûr l’amour et la foi d’un enfant !

Donner ce que nous pouvons dans une confiance absolue…
et le Seigneur fait le reste à travers les personnes qui nous environnent !
Sainte montée vers Pâques !

« Petites miettes spirituelles » envoyées par le Frère Albert André de la Communauté du Bua à Habay-la-Vieille 

Accueil

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s