Le Synode 2021-2023 dans l’Unité Pastorale Gedinne Croix-Scaille

Message de l’abbé Félicien Mutombo, prêtre de l’Unité Pastorale Gedinne Croix-Scaille : 

Le vendredi 21 mai 2021, le pape François avait annoncé l’ouverture d’un synode (2021-2023). Il veut offrir la parole à toutes et tous, impliquer l’ensemble du peuple de Dieu dans la consultation, il apprécie les décisions partagées et la plus grande participation à l’intérieur de l’Eglise. C’est le signe d’une Eglise appelée à changer. Ce synode a pour thème: « Pour une Eglise synodale: communion, participation et mission ».

« Le chemin de la synodalité est précisément celui que Dieu attend de l’Eglise du troisième millénaire »(François).

Quelle Eglise pour demain?

« Faire germer nos rêves, susciter des prophéties et des visions, stimuler la confiance, bander les blessures, tisser des relations, ressusciter une aube d’espérance, apprendre l’un de l’autre, tisser des relations », tels sont les objectifs du chemin synodal proposé par le pape François.

Tous les diocèses ont reçu du Vatican un questionnaire pour permettre aux fidèles et aux gens de bonne volonté de s’exprimer sur les sujets qui seront débattus pendant ce synode appelé à se terminer à Rome en 2023. Une belle occasion de plus pour nous de discuter, de réfléchir et d’échanger. Merci pour votre participation.

La liste de questions se trouve en dessous de mon petit mot.

Vos réponses et vos suggestions sont attendues avant le 30 mai 2022 à l’adresse suivante: Rue de Robio, 07 – 5575 GEDINNE

Elles peuvent ainsi être transférées par mail: felicien.mutombo@hotmail.be

Synode 2021-2023 Pour une Eglise synodale

COMMUNION – PARTICIPATION – MISSION

  1. Les Compagnons de voyage

Dans l’ Eglise et dans le monde, nous sommes sur la même route, côte à côte.

  • Dans notre Eglise locale, avec qui marchons-nous ?
  • Quand nous disons « notre Eglise », qui en fait partie ?
  • Quels sont les compagnons de voyage avec qui nous cheminons, même en-dehors du cercle ecclésial ?
  • Quelles personnes, quels groupes, sont laissés à la marge, expressément ou de fait ?
  1. Ecouter

L’écoute est le premier pas, mais demande d’avoir l’esprit et le cœur ouverts, sans préjugés.

  • Les jeunes ?
  • Les femmes ?
  • Les laïcs ?
  • Les consacrés ?
  • Les exclus, les marginaux ?
  • Notre contexte social et culturel ?
  1. Prendre la parole

Tous sont invités à parler avec courage en conjuguant liberté, vérité et charité.

–  Comment communiquons-nous ? Comment conjuguons-nous charité et vérité ?

– Comment favorisons-nous dans notre communauté un style libre et authentique ?

– Comment communiquons-nous avec la société ? Osons-nous dire ce qui nous tient à cœur ?

–  Avec les médias : qui parle au nom de la communauté ?

  1. Célébrer

« Marcher ensemble » n’est possible que si ce chemin repose sur l’écoute communautaire de la Parole et sur la célébration de l’Eucharistie

  • Comment la prière et la célébration liturgique inspirent-elles et orientent-elles notre vie en communauté, notre marcher ensemble ?
  • Chacun trouve-t-il sa place dans liturgie ? Comment encourageons-nous la participation active de tous à la liturgie
  1. Coresponsables dans la mission

La synodalité est au service de la mission de l’Eglise, à laquelle tous ses membres sont appelés à participer

  • Puisque nous sommes tous des disciples missionnaires, comment notre communauté chrétienne appelle chacun à être acteur de la mission ?
  • Comment la communauté soutient-elle ses membres qui sont engagés dans un service au sein de l’Eglise et dans la société (engagement social et politique, engagement dans la recherche scientifique et dans l’enseignement, au service de la promotion des droits humains et de la sauvegarde de la Maison commune… ?)
  • Comment la communauté aide-t-elle à vivre ces engagements dans une dynamique missionnaire ?
  1. Dialoguer dans l’Eglise et dans la société

Le dialogue est un chemin qui demande de la persévérance, et comporte aussi des moments de silences et de souffrances, mais qui est capable de recueillir l’expérience des personnes et des peuples.

  • Quels sont les lieux et les modalités de dialogue au sein de notre communauté ?
  • Comment sont gérés les divergences de vue, les conflits et les difficultés ?
  • Quelles expériences de dialogue et d’engagement en commun mettons-nous en œuvre avec des croyants d’autres religions et avec ceux qui ne croient pas ? Comment l’Eglise dialogue-t-elle et apprend-elle d’autres instances de la société : le monde de la politique, de l’économie, la société civile, les pauvres … ?
  1. Avec les autres confessions chrétiennes

Le dialogue entre chrétiens de diverses confessions, unis par un seul Baptême, occupe une place particulière sur le chemin synodal

  • Quelle relation, quel dialogue fraternel entretenons-nous avec les chrétiens d’autres confessions ?
  • Quels domaines concernent-ils ? Quels fruits avons-nous recueillis de ce « marcher ensemble » ?
  • Quelles difficultés aussi ?
  1. Autorité et participation

Une Eglise synodale est une Eglise de la participation et de la coresponsabilité

  • Comment est exercée l’autorité dans notre Eglise locale ?
  • Comment sont définis les objectifs à poursuivre, le chemin pour y parvenir et les pas à accomplir ?
  • Quelles sont les pratiques du travail en équipe, de la coresponsabilité ?
  • Encourage-t-on les ministères laïcs ; la prise de responsabilité de chacun ?
  • Le Conseil Pastoral local existe-t-il ? Est-il un lieu de fécondité ?
  1. Discerner et décider

Dans un style synodal, les décisions sont prises via un processus de discernement, sur la base d’un consensus qui jaillit de l’obéissance commune à l’Esprit.

  • Quelles procédures et méthodes mettons-nous en place pour discerner et décider ? Comment peuvent-elles être améliorées ?
  • Comment favorisons-nous la participation de tous aux décisions de la communauté ?
  • Comment respectons-nous une phase de consultation large, dans l’écoute de l’Esprit et la recherche d’un consensus, puis une prise de décision transparente et responsable ?
  • De quelle façon encourageons-nous la transparence et la responsabilité ?
  • Chacun trouve-t-il sa place dans liturgie ? Comment encourageons-nous la participation active de tous à la liturgie
  1. Se former à la synodalité

La spiritualité du marcher ensemble est appelée à devenir le principe éducatif de la formation humaine et chrétienne de la personne, la formation des familles et des communautés.

  • Quelle formation pour les baptisés, et particulièrement les acteurs pastoraux à l’écoute et au dialogue ?
  • Au discernement ? A l’exercice de l’autorité ?
  • Quels moyens nous aident-ils à lire les signes des temps, les dynamiques de la culture, leur impact sur notre style d’Eglise.
  • Chacun trouve-t-il sa place dans liturgie ? Comment encourageons-nous la participation active de tous à la liturgie ?

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s