« Une pause par jour » – 14 février 2022

S. Cyrille, moine, et Saint Méthode, évêque

Première lecture – « Nous nous tournons vers les nations païennes » – Ac. 13, 46-49 – Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, à Antioche de Pisidie, Paul et Barnabé déclarèrent aux Juifs avec assurance : « C’est à vous d’abord qu’il était nécessaire d’adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les nations païennes. C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. » En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants. Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région. Parole du Seigneur.

Psaume 116 (117)

R/ Allez dans le monde entier. Proclamez l’Evangile ou Alléluia. 

Louez le Seigneur, tous les peuples ;

fêtez-le, tous les pays ! R/

Son amour envers nous s’est montré le plus fort ;

éternelle est la fidélité du Seigneur ! R/

Evangile –  « Le Seigneur m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération »- (Lc 10, 1-9) – Alléluia. Alléluia. Evangile de Jésus Christ selon Saint Luc.

En ce temps-là, parmi les disciples le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison.” S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.” – Acclamons la Parole de Dieu.

Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups », voilà la vraie nouveauté, la seule à vrai dire, se situer autrement dans les relations. Ce n’est que comme cela que le monde peut changer, parce qu’une parole différente lui est adressée… C’est bien ce que fait Jésus, c’est bien ce qu’il demande à ses disciples.

Le premier danger auquel nous avons à faire face, c’est, à vrai dire, notre propre peur, peur de ne pouvoir faire face, peur de rencontrer la violence de nos ennemis, ce qui fait que notre habit d’agneau cache souvent un loup… Il est frappant de voir combien cette inversion, le loup surgissant sous l’agneau, apparaît dans l’iconographie que propose Google à la requête « Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ».

Aussi, pour aller contre cette peur, faut-il bien considérer l’ensemble de ce qui est dit par le Seigneur… L’envoi se prend sur une grande positivité, la moisson est abondante, le cœur de l’homme, le mien, celui de mon prochain est en attente de cette bonne nouvelle… C’est là l’ancrage véritable, n’en dévions pas. C’est notre seule richesse, tout autre serait bien illusoire… Elle nous appelle à une vraie pauvreté, à laisser nos armures…

Et notons également que l’action demandée est modeste. « Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ » Il s’agit seulement d’annoncer la paix et d’attendre son retour…

Alors, ne sommes-nous pas souvent à compliquer ce qui est simple ? Demandons à Notre Père de nous donner d’aller dans le plus élémentaire des désarrois… allons démunis…

Père Jean-Luc Fabre

Site internet : ici !

La paix, oui la paix, c’est le don de Jésus

La paix, oui la paix c’est le don de Jésus.

« Alors, dit Jésus, alors mon nom sera connu »

La paix, oui la paix, c’est le don de Jésus.       

 

L’amour, oui l’amour, c’est le don de Jésus.

L’amour, oui l’amour, c’est le don de Jésus.

« Alors, dit Jésus, alors on nom sera connu »

L’amour, oui l’amour, c’est le don de Jésus.

 

La joie, oui la joie, c’est le don de Jésus.

La joie, oui la joie, c’est le don de Jésus.

« Alors dit Jésus, alors mon nom sera connu. »

La joie, oui la joie, c’est le don de Jésus.        

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s