Le courage d’espérer

« Noël, c’est la veille, c’est l’attente ».
Nous sommes une génération de gens pressés.
Nous ne savons pas toujours attendre. Souvent nous voulons tout, et tout de suite, sans penser à la valeur du mûrissement’ de la croissance. « Du temps, supérieur à l’espace », d’où naît le Temps du désir.
Nous vivons à la surface de nous-même, distraits par les urgences, engourdis par la routine ou suffoqués par l’avalanche des mots et des images.
Attendre, toujours attendre !
Pour le courrier, pour l’ascenseur, pour l’autobus, pour un feu rouge bloqué, pour le rendez-vous chez le médecin.
Attendre pour tout ! Parfois on est las d’attendre.
Mais dans le verbe « attendre », il y a le mot « tendre », avec son élan, sa vitalité, son mouvement.
Ce temps de l’Avent que nous commençons ne consiste pas à attendre passivement le jour de Noël, mais à nous mobiliser pour aller à la rencontre de Celui qui vient dans notre vie. Dieu nous attend aussi. Il y a dans l’Avent une attente réciproque.
Peut-être que parfois cette attente nous semble lugubre et morose, comme s’il s’agissait de serrer les dents et d’y aller par la force de la volonté.
Toute l’année liturgique nous éduque à une longue patience, ll’Avent met l’accent sur le désir et la justice où l’Enfant de Bethléem comme le réfugié trouve une place.
Peut-être ce temps de l’Avent nous pouvons faire nôtre celle du réfugié en quête d’asile et d’humanité.
Quel désir? Celui de la venue du Christ. L’Avent nous invite à faire nôtre le désir du prophète Isaïe, le grand guide de la liturgie de l’Avent. Inlassablement, reviennent les mots:  » Ah! si tu déchirais les cieux et si tu descendais »…  » Cieux, ouvrez-vous pour laisser pleuvoir votre rosée « .
Mais Dieu n’est pas celui qui viendrait dénouer ou régler lui-même nos problèmes, mais Celui qui marche avec nous et fortifie nos pas fortifie sur les chemins de traverse.
Dans les jours difficiles que nous vivons, si le temps de l’Avent pouvait renouveler notre espérance ? Notre fraternité sans frontières… À Calais et ailleurs.
Une espérance ferme, ancrée en Dieu et qui permet de vivre pleinement dans l’aujourd’hui.
« Redressez-vous et relevez la tête : votre délivrance est proche ». Appuyés sur cette Parole de Dieu, nous pourrions attendre, non pas comme des gens « tannés », écrasés, à bout de souffle, non pas dans la peur et l’inquiétude, mais dans la joie d’un immense désir.
Attendre !
Se tenir debout sur le seuil, éveillés et disponibles pour accueillir Celui qui vient à chaque instant de notre vie.
Sa venue est si simple, si fréquente, qu’elle nous apparaît inattendue.
Si nous y pensons bien, Noël est déjà là ! « Dieu-avec-nous » tous les jours.
Regardez ! Dieu vient !
Bon Avent !
Ce temps de l’Avent nous pouvons faire particulièrement nôtre l’attente du réfugié en quête d’asile et d’humanité.
« Cieux , répandez d’en haut votre rosée et que les nuées fassent descendre le juste. »
Merci au Père Tommy Scholtes pour ce partage sur son mur Facebook ! (27 novembre 2021)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s