AVENT. Ce dimanche s’ouvre la lente traversée qui nous mènera à NOËL.

« Voici que s’ouvrent à grands vantaux,
les portes de l’Avent.

Voici l’Inattendu qui vient par effraction,
briser les verrous de nos peurs.

Voici l’Eternité qui s’en vient prendre corps
et coeur dans l’épaisseur de nos vies.

Voici l’Avent qui vient s’emparer du grand sablier du temps,
en retenir les grains et arrêter,
pour un instant, toutes nos fuites en avant.

Il est temps, grand temps de laisser du temps au temps.

Il est temps, grand temps
d’interrompre la course effrénée de notre vie,
pour mieux nous mettre
au rythme lent de la marche.

Voici qu’il nous faut devenir
pèlerins des terres intérieures
compagnons de l’aube, arpenteurs d’Espérance,
frères et sœurs de ce couple amoureux,
qui s’en va, nous précédant, vers Bethléem,
modeste village dont le nom signifie en hébreu,
« Maison du pain »

Suivons cet homme, cette femme, qui s’en viennent
mettre au monde l’enfance de notre propre avenir !  

Oui, Dieu va venir si nous prenons le temps                       
de venir à nous-mêmes, de laisser advenir en nous
l’enfant de divine et douce promesse.                   

Oui, Dieu va venir si nous laissons en nous           
sa part au grand silence et à la divine paix.           

Oui, Dieu va venir si nous faisons de la fraternité 
ce volet vert de l’espérance qu’on ouvre chaque jour
à grande volée sur les matins blessés du monde.              

Oui, l’Avent va venir, non pas à côté de notre vie,  
mais en plein cœur de nos existences bouleversées.

Dieu ne naît pas ailleurs qu’au mitan                    
de nos joies et de nos peines,                                
de nos rires et de nos larmes,                                
de nos confiances et de nos doutes…        

Oui, l’enfant de la divine promesse                         
va venir naître parmi nous.            

Alors n’attendons pas d’avoir enfin                        
le temps de l’attendre.                                          

N’attendons pas de ne plus courir     
dans les escaliers, inquiets de nos vies
pour marcher pas à pas                                          
vers le Pain qu’Il nous promet.                               

Ce Pain de Noël qui rassasie autant                       
qu’il creuse nos faims d’éternité.                           

Dieu ne s’attend pas ailleurs                                          
que dans la trame des vies qui sont les nôtres.    

C’est « en toute chose » disait saint Ignace               
qu’il nous faut le trouver ! « 

Bernard Révillion

Site internet : Blog du doyenné de Dinant ici !

2 réflexions sur “AVENT. Ce dimanche s’ouvre la lente traversée qui nous mènera à NOËL.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s