« Une pause par jour » – 29 avril 2021

Ste Catherine de Sienne, vierge et docteur de l’Eglise

Lecture de la première lettre de Saint Jean (1, 5 – 2,2) – « Le sang de Jésus nous purifie de tout péché »

Bien aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière ; en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous. Mes petits-enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pêcher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier. 

Psaume 102 (103) : Bénis le Seigneur, ô mon âme ! 

Bénis le Seigneur, ô mon âme, 

bénis son nom très saint, tout mon être !

Bénis le Seigneur, ô mon âme,

n’oublie aucun de ses bienfaits. (Refrain)  

Car il pardonne toutes tes offenses

et te guérit de toute maladie ;

il réclame ta vie à la tombe

et te couronne d’amour et de tendresse. (Refrain)

Le Seigneur est tendresse et pitié,

lent à la colère et plein d’amour ; 

il n’est pas pour toujours en procès,

ne maintient pas sans fin ses reproches. (Refrain)

Comme la tendresse du père pour ses fils,

la tendresse du Seigneur pour qui le craint ! 

Il sait de quoi nous sommes pétris,

il se souvient que nous sommes poussière. (Refrain)

Mais l’amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent, 

est de toujours à toujours,

et se justice pour les enfants de leurs enfants, 

pour ceux qui gardent son alliance. (Refrain)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (11, 25-30) – « Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits »

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Passer du prendre au recevoir

« Tu l’as révélé aux tout-petits » découvrir que la réalité se donne et ne se prend pas, que nous trouvons bien  plus en recevant qu’en prenant. Découvrir que la pauvreté est en fait pour nous une mère qui nous introduit dans un nouveau rapport à la réalité. Le passage du sage au tout petit, une invitation offerte à chacun de nous. La réalité me parle, s’adresse à moi… Même Jésus en fait, en ce jour, l’expérience dans la révélation de l’action du Père envers les tout-petits. Et cela produit en lui la louange.

« Tout m’a été confié par mon Père » De cette réception heureuse de la manière de faire du Père avec les autres, découle dans le cœur du fils une manière analogue. Jésus agit à partir de ce que le Père lui donne et dont il a conscience. Jésus découvre sa place entre le Père et les hommes, ses frères. Il a conscience de sa mission, de l’importance d’aider chacun à s’inscrire dans l’échange. Il reçoit, il rend et il donne aux autres, il permet la demande… Il instaure l’humanité entre les hommes.

« Celui à qui le Fils veut le révéler » une invitation alors nous est faite. Nous aussi, à notre place, nous pouvons entrer dans cet échange. Nous agissons non par notre seule raison, mais parce que nous sommes situés en relation avec les autres, avec le Père, le Fils, les autres hommes, nos frères. Tout devient plus doux, nous sommes conscients de ne jamais faire seuls, de trouver par nous-mêmes. Nous participons de tout notre être à ce qui se donne, nous sommes pris dans la circulation d’un amour qui se donne, nous donnons mais nous apprenons aussi à demander… Nous nous trouvons nous-mêmes mais d’une tout autre manière. En cela nous sommes encore précédés par le Christ Jésus, lui qui a découvert la révélation du Père envers nous et a su y trouver sa juste place. Heureux sommes-nous d’être en tout précéder par Lui.

Jean-Luc Fabre, compagnon jésuite

Site internet ici !

Refrain :  Humblement, dans le silence de mon cœur,

        Je me donne à toi, mon Seigneur !

 1.     Par ton amour, fais-moi demeurer

        Humble et petit devant toi.

2.     Enseigne-moi ta sagesse, ô Dieu,

        Viens habiter mon silence.

3.     Entre tes mains, je remets ma vie,

        Ma volonté, tout mon être.

4.     Je porte en moi ce besoin d’amour,

        De me donner, de me livrer sans retour.

5.     Vierge Marie, garde mon chemin

        Dans l’abandon, la confiance de l’amour.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s