« Une pause par jour » – 14 octobre 2020

S. Callixte Ier, pape et martyr

Première lecture – « Ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair, avec ses passions et ses convoitises » (Ga 5, 18-25) – Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates

Frères, si vous vous laissez conduire par l’Esprit, vous n’êtes pas soumis à la Loi. On sait bien à quelles actions mène la chair : inconduite, impureté, débauche, idolâtrie, sorcellerie, haines, rivalité, jalousie, emportements, intrigues, divisions, sectarisme, envie, beuveries, orgies et autres choses du même genre. Je vous préviens, comme je l’ai déjà fait : ceux qui commettent de telles actions ne recevront pas en héritage le royaume de Dieu. Mais voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. En ces domaines, la Loi n’intervient pas. Ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair, avec ses passions et ses convoitises. Puisque l’Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l’Esprit. – Parole du Seigneur.

Psaume 1, 1-2, 3, 4.6

R/ Qui marche à ta suite, Seigneur,
aura la lumière de la vie (cf. Jn 8, 12)

Heureux est l’homme
qui n’entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
planté près d’un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu’il entreprend réussira.
Tel n’est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
balayée par le vent.
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.

Évangile – « Quel malheur pour vous, pharisiens ! Vous aussi, les docteurs de la Loi, malheureux êtes-vous ! » (Lc 11, 42-46) – Alléluia. Alléluia. Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ; moi, je les connais, et elles me suivent. Alléluia. (Jn 10, 27) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait : « Quel malheur pour vous, pharisiens, parce que vous payez la dîme sur toutes les plantes du jardin, comme la menthe et la rue et vous passez à côté du jugement et de l’amour de Dieu. Ceci, il fallait l’observer, sans abandonner cela. Quel malheur pour vous, pharisiens, parce que vous aimez le premier siège dans les synagogues, et les salutations sur les places publiques. Quel malheur pour vous, parce que vous êtes comme ces tombeaux qu’on ne voit pas et sur lesquels on marche sans le savoir. » Alors un docteur de la Loi prit la parole et lui dit : « Maître, en parlant ainsi, c’est nous aussi que tu insultes. » Jésus reprit : « Vous aussi, les docteurs de la Loi, malheureux êtes-vous, parce que vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d’un seul doigt. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Quand les actes rejoignent les paroles

Quel bel exemple de voir un maître des novices nettoyer un couloir ou éplucher les carottes! Ses exhortations toucheront d’autant plus les jeunes religieux. Le Christ ne s’est pas contenté de faire de beaux discours sur l’amour, sur le service, sur l’humilité. Sa vie était conforme à ses paroles. Il ne cherchait pas les premières places dans les synagogues, prêchant aussi bien en plein air qu’au bord du lac. Ses paroles ne sonnaient pas creux, elles s’accompagnaient d’une compassion sans bornes pour les pauvres, les aveugles, les malades, les pécheurs. Ce qu’il nous demande de vivre, il l’a vécu. Nous sommes à bonne école!

Les tombeaux cachés, n’étant pas signalés, sont un danger : nous pouvons marcher dessus et nous rendre impurs. Jésus n’aime pas ceux qui ne travaillent qu’en façade, pour se rendre irréprochables aux yeux de tous. Rien ne signale que leur cœur est vide et leur contact desséchant. Puissions-nous être un chantier ouvert. Puissions-nous creuser la Parole et porter son trésor au grand air !

Prière

Accorde-moi, Seigneur, un esprit souple,

afin que je paraisse faible et sans défense plutôt que de peiner ou de briser.

Accorde-moi un esprit droit

afin que je n’interprète jamais en mal la peine que l’on me fait.

Accorde-moi, Seigneur, un cœur humble

afin que je ne me raidisse pas devant les critiques.

Accorde-moi un cœur large,

afin que je supporte les étroitesses d’esprit.

Accorde-moi, Seigneur, une volonté ferme,

afin que je persévère malgré l’ingratitude.

Accorde-moi surtout de savoir écouter, de savoir deviner, de savoir pardonner.

Afin que mes frères soient moins malheureux !                       

Jean Harang

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s