« Une pause par jour » – 29 février 2020

Première lecture – « Si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, ta lumière se lèvera dans les ténèbres » (Is 58, 9b-14) – Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : Si tu fais disparaître de chez toi le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante, si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi. Le Seigneur sera toujours ton guide. En plein désert, il comblera tes désirs et te rendra vigueur. Tu seras comme un jardin bien irrigué, comme une source où les eaux ne manquent jamais. Tu rebâtiras les ruines anciennes, tu restaureras les fondations séculaires. On t’appellera : « Celui qui répare les brèches », « Celui qui remet en service les chemins ». Si tu t’abstiens de voyager le jour du sabbat, de traiter tes affaires pendant mon jour saint, si tu nommes « délices » le sabbat et déclares « glorieux » le jour saint du Seigneur, si tu le glorifies, en évitant démarches, affaires et pourparlers, alors tu trouveras tes délices dans le Seigneur ; je te ferai chevaucher sur les hauteurs du pays, je te donnerai pour vivre l’héritage de Jacob ton père. Oui, la bouche du Seigneur a parlé. – Parole du Seigneur

Psaume 85 (86), 1-2, 3-4, 5-6

R/ Montre-moi ton chemin, Seigneur,
que je marche suivant ta vérité. (Ps 85, 11a)

Écoute, Seigneur, réponds-moi,
car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, ô mon Dieu,
sauve ton serviteur qui s’appuie sur toi.

Prends pitié de moi, Seigneur,
toi que j’appelle chaque jour.
Seigneur, réjouis ton serviteur :
vers toi, j’élève mon âme !

Toi qui es bon et qui pardonnes,
plein d’amour pour tous ceux qui t’appellent,
écoute ma prière, Seigneur,
entends ma voix qui te supplie.

Évangile – « Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent » (Lc 5, 27-32) – Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie. Je ne prends pas plaisir à la mort du méchant, dit le Seigneur. Qu’il se détourne de sa conduite, et qu’il vive ! Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie. (cf. Ez 33, 11) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus sortit et remarqua un publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » Abandonnant tout, l’homme se leva ; et il le suivait. Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ; il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens attablés avec eux. Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Jésus sortit et vit un collecteur d’impôts nommé Lévi, assis à son bureau. Jésus lui dit: «Suis-moi!»  Lévi se leva, laissa tout et le suivit. (Luc 5, 27-28)

Qu’est-ce que Jésus a vu chez cet homme pour l’appeler à devenir son disciple? Lévi, dit-on, était collecteur d’impôts, un «publicain» que la communauté des bien-pensants associait facilement aux pécheurs, aux infréquentables. Les exégètes nous disent qu’il faut dissocier les collecteurs d’impôts des grands percepteurs des tributs et impôts perçus par l’Empire. Il ne faut pas les confondre non plus avec les «chefs des publicains» qui avaient obtenu le contrôle de la taxation sur les marchandises et des droits de péage sur les voies importantes. Ces derniers s’acquittaient de leur responsabilité en plaçant au poste d’encaissement des esclaves ou des gens qui n’avaient pas trouvé d’autres moyens de subsistance. Lévi est probablement un de ces Juifs qui, faute de mieux, accepte ce travail déshonorant pour subvenir aux besoins de sa famille. Objet de mépris, soupçonné de malhonnêteté, il vivait probablement dans la honte et la marginalité.
Jésus ne supporte pas l’exclusion. Il ira dans sa maison et s’assoira à sa table. Scandale pour les pharisiens et ceux qui les suivent. Plus que cela, Jésus l’invite à faire partie de ses proches. Peut-être avait-il perçu chez cet homme une soif de communion, une sensibilité pour la cause du Royaume, un désir d’attachement profond au Dieu de l’Exode. Lévi reconnaît en Jésus la personne qui répondra à sa quête et à son rêve; il se lève, quitte tout et le suit.

Prière

Seigneur Jésus, toi qui lis dans les profondeurs du cœur, toi qui vois au-delà des apparences, toi qui ne te laisses pas influencer par les qu’en-dira-t-on, apprends-moi à accueillir sans jugement, à oser la rencontre du prochain qui est différent, à me ranger du côté des marginalisés et des exclus.

Ce ne sont pas les bien-portants,

mais les malades qui requièrent les soins du médecin.

Ce ne sont pas les repus et les prétentieux

qui ont ta préférence, Seigneur notre Père,

mais les pauvres qui mettent leur confiance en toi.

Ton Fils n’est pas venu appeler les justes,

mais ceux qui, à l’exemple du publicain Matthieu,

voient en lui un Sauveur plein de miséricorde.

Il n’hésitait pas, en son temps, à choquer les dévots

quand ils négligeaient le cœur de la Loi.

Préserve-nous, Dieu fidèle et bon,

de l’arrogance présomptueuse de ceux

qui regardent les autres de haut.

Donne-nous de répondre à tes appels

avec une générosité semblable à celle de Matthieu.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s