« Une pause par jour » – 9 février 2020

Première lecture – « Ta lumière jaillira comme l’aurore » (Is 58, 7-10) – Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : Partage ton pain avec celui qui a faim, accueille chez toi les pauvres sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la gloire du Seigneur fermera la marche. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. » Si tu fais disparaître de chez toi le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante, si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi. – Parole du Seigneur.

Psaume 111 (112),.4-5, 6-7, 8a.9

R/ Lumière des cœurs droits,
le juste s’est levé dans les ténèbres.
ou :
Alléluia ! (cf. Ps 111, 4)

Lumière des cœurs droits, il s’est levé dans les ténèbres,
homme de justice, de tendresse et de pitié.
L’homme de bien a pitié, il partage ;
il mène ses affaires avec droiture.

Cet homme jamais ne tombera ;
toujours on fera mémoire du juste.
Il ne craint pas l’annonce d’un malheur :
le cœur ferme, il s’appuie sur le Seigneur.

Son cœur est confiant, il ne craint pas.
À pleines mains, il donne au pauvre ;
à jamais se maintiendra sa justice,
sa puissance grandira, et sa gloire !

Deuxième lecture – « Je suis venu vous annoncer le mystère du Christ crucifié » (1 Co 2, 1-5) – Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, quand je suis venu chez vous, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage ou de la sagesse. Parmi vous, je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus Christ, ce Messie crucifié. Et c’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je me suis présenté à vous. Mon langage, ma proclamation de l’Évangile, n’avaient rien d’un langage de sagesse qui veut convaincre ; mais c’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient, pour que votre foi repose, non pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. – Parole du Seigneur.

Évangile – « Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5, 13-16) – Alléluia. Alléluia. Moi, je suis la lumière du monde, dit le Seigneur. Celui qui me suit aura la lumière de la vie. Alléluia. (cf. Jn 8, 12) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Dimanche de la santé

Les textes bibliques de ce dimanche nous parlent d’un Dieu qui nous guide vers la vraie lumière. Le prophète Isaïe s’adresse à des gens de bonne foi qui cherchaient à plaire à Dieu. On pensait que Dieu attend de somptueuses cérémonies et les meilleurs fruits de la terre.

Mais le vrai Dieu n’est pas ainsi. Son bonheur c’est de voir que le droit et la justice animent les relations entre nous. Sa grande joie c’est que nous vivions ensemble comme des frères. Notre attention doit se porter vers les plus faibles et les plus pauvres : « Partage ton pain avec celui qui a faim, accueille chez toi les pauvres sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. » Notre Dieu nous envoie vers les autres, vers les personnes malades, celles qui vivent et meurent dans la solitude. Nous ne pouvons pas aimer Dieu sans aimer notre prochain.

C’est de cet amour passionné que témoigne l’apôtre saint Paul. Son message n’a rien à voir avec la sagesse des hommes. Il n’a rien d’un tribun éloquent. Il n’a aucun don pour manier les foules. Mais si son ministère porte du fruit, c’est grâce à l’action du Christ. C’est lui qui agit dans le cœur de ceux et celles qui entendent sa parole. Ce qui nous est demandé comme à Paul, c’est de nous effacer devant celui que nous annonçons.

Dans l’Évangile, nous voyons des disciples rassemblés autour de Jésus sur la montagne. Il leur annonce qu’ils sont « le sel de la terre… la lumière du monde ». Cela nous surprend quand nous pensons à ces pauvres gens qu’il avait devant lui quand il prononçait ces paroles. C’étaient des pécheurs, des gens simples qui ne connaissaient pas les Écritures. Mais Jésus les regarde avec les yeux de Dieu. Il vient de proclamer les béatitudes : « Heureux les pauvres en esprit… Heureux les doux… Heureux les cœurs purs… les miséricordieux… » Ils sont heureux parce qu’ils sont entièrement réceptifs au don de Dieu. C’est en nous ajustant à ces béatitudes que nous deviendrons « le sel de la terre » et « la lumière du monde ».

Comprenons bien : le sel et la lumière n’existent pas pour eux-mêmes : ils sont des révélateurs. Par sa saveur, le sel sert à donner du goût aux aliments. La lumière met en valeur les choses et les êtres. À l’image du sel et de la lumière, la vocation chrétienne consiste à révéler aux hommes la beauté et la saveur de leur vie. Il ne s’agit pas d’en mettre plein la vue. Le plus important, ce n’est pas nous mais celui que nous voulons révéler.

Pour nous, disciples du Christ, être le sel de la terre et la lumière du monde, c’est de mettre en pratique l’Évangile des béatitudes, c’est de vivre selon l’esprit des béatitudes, c’est d’accepter de vivre selon des valeurs d’humilité, de douceur, de pureté et de justice, c’est être artisan de paix dans le monde qui nous entoure, en famille, au travail et dans la société, c’est vivre en Église comme dans une communauté d’accueil et de partage.

Nous chrétiens baptisés, nous sommes engagés pour être disciples et missionnaires. Nous suivons le Christ pour nous imprégner de son amour et de sa Parole. C’est avec lui (et seulement avec lui) que nous pourrons être le sel de la terre et la lumière du monde. En donnant de la saveur aux différents milieux, nous serons comme le sel qui les défend contre la corruption, nous apporterons la Lumière du Christ par le témoignage d’une charité authentique. En ce dimanche de la santé, nous pensons à tous les soignants qui se dévouent auprès des malades et à ceux qui vont les visiter. Les aumôneries ont le souci d’assurer cette présence d’Église dans les hôpitaux et les maisons de retraite.

Notre mission à tous, c’est d’accueillir cette lumière qui est un cadeau de Dieu et de la communiquer à tous ceux et celles qui nous entourent. C’est toute la communauté qui est appelée par Jésus à devenir « Lumière des peuples ». Être le sel de la terre c’est un don de Dieu qui rend le disciple capable de redonner de la saveur à ceux et celles qui ont faim de bonheur, faim d’être aimés. Nous sommes appelés à nous engager activement dans des actions de salut, de libération et de défense des pauvres.

Tout cela ne sera possible que si nous sommes « avec » Jésus. Dans l’Évangile de ce jour, il s’adresse à des disciples rassemblés autour de lui. Et quand il appelle les Douze, c’est pour qu’ils soient avec lui. En dehors de lui, rien n’est possible. En venant à l’Eucharistie, nous sommes accueillis par Celui qui est « La Lumière du monde ».

C’est en nous laissant transformer par lui que nous pourrons être lumières auprès de ceux et celles qu’il met sur notre route. Il nous envoie pour apporter le réconfort de notre présence aimante auprès de ceux qui ont mal. Alors en ce dimanche de la santé, nous lui redisons : Ouvre nos yeux et nos cœurs, libère-nous de nos égoïsmes car c’est en aimant comme toi et avec toi que nous pourrons être fidèles à ta parole. Amen.

Sources : revue Feu Nouveau – l’intelligence des Écritures (Marie Noëlle Thabut), François selon Saint Matthieu, plaquette du dimanche de la santé

Site internet ici !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s