« Une pause par jour » – 16 décembre 2019

Première lecture – « Un astre se lève, issu de Jacob » (Nb 24, 2-7.15-17a) – Lecture du livre des Nombres

En ces jours-là, levant les yeux, le prophète païen Balaam vit Israël qui campait, rangé par tribus. L’esprit de Dieu fut sur lui, et il prononça ces paroles énigmatiques : « Oracle de Balaam, fils de Béor, oracle de l’homme au regard pénétrant, oracle de celui qui entend les paroles de Dieu. Il voit ce que le Puissant lui fait voir, il tombe en extase, et ses yeux s’ouvrent. Que tes tentes sont belles, Jacob, et tes demeures, Israël ! Elles s’étendent comme des vallées, comme des jardins au bord d’un fleuve ; le Seigneur les a plantées comme des aloès, comme des cèdres au bord des eaux ! Un héros sortira de la descendance de Jacob, il dominera sur des peuples nombreux. Son règne sera plus grand que celui de Gog, sa royauté sera exaltée. » Balaam prononça encore ces paroles énigmatiques : « Oracle de Balaam, fils de Béor, oracle de l’homme au regard pénétrant, oracle de celui qui entend les paroles de Dieu, qui possède la science du Très-Haut. Il voit ce que le Puissant lui fait voir, il tombe en extase, et ses yeux s’ouvrent. Ce héros, je le vois – mais pas pour maintenant – je l’aperçois – mais pas de près : Un astre se lève, issu de Jacob, un sceptre se dresse, issu d’Israël. » – Parole du Seigneur.

Psaume 24 (25), 4-5ab, 6-7bc, 8-9

R/ Seigneur, fais-moi connaître ta route !
(cf. Ps 24, 4b)

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Dans ton amour, ne m’oublie pas,
en raison de ta bonté, Seigneur.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Évangile – « Le baptême de Jean, d’où venait-il ? » (Mt 21, 23-27) – Alléluia, Alléluia. Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut. Alléluia. (Ps 84, 8) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus était entré dans le Temple, et, pendant qu’il enseignait, les grands prêtres et les anciens du peuple s’approchèrent de lui et demandèrent : « Par quelle autorité fais-tu cela, et qui t’a donné cette autorité ? » Jésus leur répliqua : « À mon tour, je vais vous poser une question, une seule ; et si vous me répondez, je vous dirai, moi aussi, par quelle autorité je fais cela : Le baptême de Jean, d’où venait-il ? du ciel ou des hommes ? » Ils faisaient en eux-mêmes ce raisonnement : « Si nous disons : “Du ciel”, il va nous dire : “Pourquoi donc n’avez-vous pas cru à sa parole ?” Si nous disons : “Des hommes”, nous devons redouter la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. » Ils répondirent donc à Jésus : « Nous ne savons pas ! » Il leur dit à son tour : « Moi, je ne vous dis pas non plus par quelle autorité je fais cela. – Acclamons la Parole de Dieu.

L’autorité de Jésus

J’ai connu une dame ayant obtenu un emploi chez un couple qui avait quatre enfants. Elle était à la fois responsable de la garde des enfants et de l’entretien de la maison. Un jour qu’elle résistait aux caprices d’un des petits, elle se fait réprimander par lui: «Tu n’es pas ma mère; tu n’as pas le droit de me donner des ordres. » Le garçonnet n’acceptait pas l’autorité de sa gardienne. Mal lui en prit, car le père avait été témoin de la scène.

C’est un peu ce qui arrive à Jésus. Les chefs de prêtres et les anciens du peuple ne croient pas à son autorité, Ils n’acceptent pas ses enseignements. Et pourtant, dans son évangile, Matthieu vient de révéler ce que Jésus enseignait dans le Temple. Il venait tout juste de s’adresser à la foi de ceux qui étaient là et de leur dire l’efficacité de la prière. Car pour Jésus, la prière adressée à Dieu dans la foi est toujours exaucée. L’autorité qu’il a pour enseigner lui vient de Dieu dont il est le Fils. Mais il refuse de le déclarer à ceux qui doutent de lui ou rejettent sa parole. Ce n’est pas par ses paroles, mais par ses œuvres que Jésus saura finalement prouver son autorité.

Et nous, croyons-nous à l’autorité de Jésus exprimée dans tout l’Évangile. Se peut-il que certains de ses enseignements nous rebutent et que nous ne voulions pas les accepter comme il nous est demandé de le faire?

Prière

« Que devons-nous faire? » Rien de plus que de vivre avec justice, avec justesse. Inutile de chercher à faire des choses extraordinaires. En cherchant à vivre « juste » comme on chante « juste », tout mon être se rend prêt à t’accueillir, Seigneur.

Comme un instrument qui se laisse accorder avant de jouer la partition de sa vie.

Comme une voix qui travaille sa justesse pour entonner son plus beau chant d’amour.

Tout comme la justesse, la justice et l’amour se travaillent et nous laissent humbles devant notre maladresse.

Le chemin est bien long jusqu’à ton amour, Seigneur. Mais tu le rends possible, ce chemin. Tu le veux à portée de tout chercheur de justesse.

(Ces réflexions pour ce temps de l’Avent sont tirées de la revue canadienne « vie liturgique » 2014 Accueillons sa bienveillance)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s