« Une pause par jour » – 2 novembre 2019

Commémoration de tous les fidèles défunts

Première lecture – « Comme une offrande parfaite, il les accueille » (Sg 3, 1-6.9) – Lecture du livre de la Sagesse

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ; aucun tourment n’a de prise sur eux. Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ; leur départ est compris comme un malheur, et leur éloignement, comme une fin : mais ils sont dans la paix. Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait. Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ; comme une offrande parfaite, il les accueille. Au temps de sa visite, ils resplendiront : comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent. Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles. Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. Pour ses amis, grâce et miséricorde : il visitera ses élus. – Parole du Seigneur.

Psaume 26 (27), 1, 4, 7-9a, 13-14

R/ J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants. (26, 13)

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

Écoute, Seigneur, je t’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »
C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
ne me cache pas ta face.

Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

Deuxième lecture – « La mort a été engloutie dans la victoire » (1 Co 15, 51-57) – Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, c’est un mystère que je vous annonce : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés, et cela en un instant, en un clin d’œil, quand, à la fin, la trompette retentira. Car elle retentira, et les morts ressusciteront, impérissables, et nous, nous serons transformés. Il faut en effet que cet être périssable que nous sommes revête ce qui est impérissable ; il faut que cet être mortel revête l’immortalité. Et quand cet être périssable aura revêtu ce qui est impérissable, quand cet être mortel aura revêtu l’immortalité, alors se réalisera la parole de l’Écriture : La mort a été engloutie dans la victoire. Ô Mort, où est ta victoire ? Ô Mort, où est-il, ton aiguillon ? L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; ce qui donne force au péché, c’est la Loi. Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ. – Parole du Seigneur.

Évangile – « Venez, les bénis de mon Père » (Mt 25, 31-46) – Alléluia. Alléluia. Moi, je suis la résurrection et la vie, dit le Seigneur. Celui qui croit en moi ne mourra jamais. Alléluia. (Jn 11, 25a.26) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

 En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : ‘Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’ Alors les justes lui répondront : ‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’ Et le Roi leur répondra : ‘Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’  Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : ‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’ Alors ils répondront, eux aussi : ‘Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?’ Il leur répondra : ‘Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’ Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Cet Évangile est souvent choisi pour les célébrations de sépultures. En l’écoutant, nous pensons à ce que nos défunts ont vécu. Nous les avons connus « en tenue de service » à l’intérieur de leur famille, sur leur lieu de travail, dans les associations et leurs divers lieux de vie. En nous rassemblant à l’église, nous voulons nous tourner vers le Seigneur. Nous lui demandons d’accueillir tout ce qu’il y a eu de grand et de beau dans leur vie.

Nous chrétiens, nous croyons que tous ces services qu’ils ont rendus prennent valeur d’éternité. L’Évangile que nous venons d’écouter nous parle précisément de la récompense promise au serviteur fidèle. Le Seigneur nous dit qu’il est présent chaque fois que nous faisons quelque chose pour celui qui est dans le besoin. Un jour il a dit : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25, 40)

« Restez en tenue de service » nous dit Jésus. Ces paroles sont aussi pour nous qui sommes en chemin. Être en tenue de service c’est nous mettre humblement au service les uns des autres dans nos familles, nos villages, nos quartiers et nos divers lieux de vie. Beaucoup le font en s’engageant dans une association pour aider les plus pauvres à sortir de leur précarité. Ce qui fait la valeur d’une vie c’est notre amour de tous les jours pour tous ceux et celles qui nous entourent. C’est à cela que nous serons jugés.

Mais quand le Seigneur demande aux siens de rester « en tenue de service », cela concerne aussi la mission qu’il se prépare à leur confier. C’est toute l’Église qui est appelée au service de l’annonce de l’Évangile. Bien sûr, nous pensons tous à ces missionnaires qui ont quitté leur famille et leur pays pour porter l’Évangile sur d’autres continents. Et actuellement, nos diocèses accueillent des prêtres venus d’ailleurs pour nous évangéliser. Mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que la mission nous concerne tous. En tant que chrétiens baptisés et confirmés, nous sommes tous envoyés pour témoigner de l’espérance qui nous anime.

« Gardez vos lampes allumées », nous dit encore Jésus. Cette lampe c’est celle de notre conscience. Le pape Jean-Paul II nous rappelait que c’est « celle de la foi, celle de l’espérance, celle de la prière ». Cette lampe c’est celle de l’amour que nous recevons de Dieu. C’est chaque jour que nous sommes appelés à nous ouvrir au Christ qui ne cesse de frapper à la porte de notre cœur. Il veut entrer dans notre vie et y faire sa demeure. C’est avec lui que nous pourrons rester en tenue de service et rayonner l’amour qu’il met en nous.

Il peut arriver qu’à l’occasion des tempêtes de la vie, cette lampe s’éteigne. Mais le Seigneur s’arrange toujours pour mettre sur notre route les personnes qu’il faut pour raviver en nous cette lumière qui vient de lui. Et nous-mêmes, nous pouvons la communiquer à ceux qui la cherchent. C’est ensemble, les uns avec les autres que le Seigneur nous appelle et nous envoie.

« Veillez » nous dit encore le Seigneur. Cette vigilance c’est celle de l’amour qui cherche toujours à grandir et qui s’ouvre davantage aux autres. Cet amour nous empêche de nous replier sur nous-mêmes et de nous endormir sur nos soucis, grands ou petits. Être vigilants c’est creuser toujours plus en nous le désir de la présence de l’Esprit de Jésus, c’est rester attentifs à sa Parole, c’est apprendre à aimer toujours mieux parce que nous sommes infiniment aimés.

Pour mieux comprendre cet Évangile, c’est vers le Christ qu’il nous faut regarder. Au soir du jeudi saint, il s’est agenouillé devant ses disciples. Lui, le « Maître et Seigneur » s’est fait le serviteur de ceux qui étaient sous ses ordres. Demandons au Seigneur de nous ajuster à cet amour qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer. Qu’il nous donne la grâce d’être prêts lorsqu’il reviendra.

L’Eucharistie est vraiment le moment où Dieu est là pour nous servir, pour nous faire « passer à table ». C’est l’heure où le Fils de l’Homme est glorifié. Seigneur Jésus, tu nous promets un avenir de joie et de lumière auprès de toi. Garde-nous vigilants dans l’espérance, ouverts et accueillants aux signes de l’Esprit Saint. Alors ta venue, loin de nous surprendre, sera notre bonheur pour les siècles des siècles. Amen.

Site internet  ici !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s