« Une pause par jour » – 21 juin 2019

Première lecture – « Ma préoccupation quotidienne, le souci de toutes les Églises » (2 Co 11, 18.21b-30) – Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, puisque tant d’autres se vantent à la manière humaine ; eh bien, je vais, moi aussi, me vanter. Si certains ont de l’audace – je parle dans un accès de folie –, j’ai de l’audace, moi aussi. Ils sont hébreux ? Moi aussi. Ils sont israélites ? Moi aussi. Ils sont de la descendance d’Abraham ? Moi aussi. Ils sont ministres du Christ ? Eh bien – je vais dire une folie – moi, je le suis davantage : dans les fatigues, bien plus ; dans les prisons, bien plus ; sous les coups, largement plus ; en danger de mort, très souvent. Cinq fois, j’ai reçu des Juifs les trente-neuf coups de fouet ; trois fois, j’ai subi la bastonnade ; une fois, j’ai été lapidé ; trois fois, j’ai fait naufrage et je suis resté vingt-quatre heures perdu en pleine mer. Souvent à pied sur les routes, avec les dangers des fleuves, les dangers des bandits, les dangers venant de mes frères de race, les dangers venant des païens, les dangers de la ville, les dangers du désert, les dangers de la mer, les dangers des faux frères. J’ai connu la fatigue et la peine, souvent le manque de sommeil, la faim et la soif, souvent le manque de nourriture, le froid et le manque de vêtements, sans compter tout le reste : ma préoccupation quotidienne, le souci de toutes les Églises. Qui donc faiblit, sans que je partage sa faiblesse ? Qui vient à tomber, sans que cela me brûle ? S’il faut se vanter, je me vanterai de ce qui fait ma faiblesse. – Parole du Seigneur.

Psaume 33 (34), 2-3, 4-5, 6-7

R/ De toutes leurs angoisses,
Dieu délivre les justes. (cf. 33, 18b)

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m’entendent et soient en fête !

Magnifiez avec moi le Seigneur,
exaltons tous ensemble son nom.
Je cherche le Seigneur, il me répond :
de toutes mes frayeurs, il me délivre.

Qui regarde vers lui resplendira,
sans ombre ni trouble au visage.
Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
il le sauve de toutes ses angoisses.

Évangile – « Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (Mt 6, 19-23) – Alléluia. Alléluia. Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux ! Alléluia. (Mt 5, 3) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et les vers les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où il n’y a pas de mites ni de vers qui dévorent, pas de voleurs qui percent les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. La lampe du corps, c’est l’œil. Donc, si ton œil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière ; mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, comme elles seront grandes, les ténèbres ! » – Acclamons la Parole de Dieu.

Où est notre trésor ?

Nous avons beau comprendre que notre trésor doit être dans le ciel, mais, dans les faits, il faut bien admettre que nous attachons de l’importance aux biens matériels. Pensons simplement au désarroi tout à fait compréhensible des gens qui ont tout perdu à la suite d’une catastrophe naturelle ou financière. Evidemment, Jésus n’invite pas à ne rien posséder, ni maison, ni voiture, ni travail, ni famille, Il nous propose plutôt de mettre notre trésor, notre cœur, nos énergies là où ça compte vraiment. C’est un exercice difficile. Prenons le temps de réfléchir et demandons-nous où se trouvent réellement nos trésors.

Dans certaines cultures, africaines notamment, les parents donnent à leur enfant le prénom de «Trésor», surtout lorsque celui-ci arrive à la suite d’une longue attente. Dans ce cas, le cœur des parents repose sur le bébé. Dans la lecture évangélique, le Seigneur nous invite à aller plus loin: «Faites-vous des trésors dans le ciel «, lieu de toute pérennité. En agissant ainsi, nos réalités terrestres les plus précieuses, que ce soit un enfant ou des biens matériels, ne sont pas déclassées, mais évaluées à leur juste titre. A la manière de Paul, considérons le Christ comme notre unique trésor en qui repose notre cœur, alors que nous marchons vers le Royaume éternel.

Prière

Seigneur, nous vivons dans un monde où les trésors éphémères sont nombreux. Ouvre nos yeux à ta lumière, Seigneur. Fais naître en tous les cœurs l’amour, la foi, l’espérance et le désir de transmettre ton Evangile, le vrai trésor.

En effet, à travers ton Evangile, Seigneur, chaque jour, nous découvrons des trésors. Ils illuminent notre âme. Que le regard porté sur les frères et sœurs croisés sur nos chemins, reflète ainsi ta lumière.

Amen !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s