« Une pause par jour » – 9 avril 2019

Première lecture – « Tous ceux qui auront été mordus, qu’ils regardent le serpent, alors ils vivront ! » (Nb 21, 4-9) – Lecture du livre des Nombres

En ces jours-là, les Hébreux quittèrent Hor-la-Montagne par la route de la mer des Roseaux en contournant le pays d’Édom. Mais en chemin, le peuple perdit courage. Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. » Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie ! – Parole du Seigneur.

Psaume 101 (102), 2-3, 16-18, 19-21

R/ Seigneur, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu’à toi ! (101, 2)

Seigneur, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu’à toi !
Ne me cache pas ton visage
le jour où je suis en détresse !
Le jour où j’appelle, écoute-moi ;
viens vite, réponds-moi !

Les nations craindront le nom du Seigneur,
et tous les rois de la terre, sa gloire :
quand le Seigneur rebâtira Sion,
quand il apparaîtra dans sa gloire,
il se tournera vers la prière du spolié,
il n’aura pas méprisé sa prière.

Que cela soit écrit pour l’âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son Dieu :
« Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s’est penché ;
du ciel, il regarde la terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. »

Évangile – « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS » (Jn 8, 21-30) – Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus ! Fils de l’homme, élevé sur la croix, tu attires à toi tous les hommes. Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus ! (cf. Jn 12, 32.34) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait aux Pharisiens : « Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit : “Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller” ? » Il leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. » Alors, ils lui demandaient : « Toi, qui es-tu ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire. À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. » Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père. Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. » Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui. – Acclamons la Parole de Dieu.

«Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, vous reconnaîtrez que “je suis qui je suis”; vous reconnaîtrez que je ne fais rien par moi-même: je dis seulement ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui plaît.» (Jean 8, 28-29)

L’évangéliste Jean nous présente un Jésus qui est on ne peut plus clair sur ce qu’il est et ce qu’est sa mission. Jésus est né du Père, il est son envoyé, son grand «révélateur». «Je ne fais rien par moi-même», dit-il, Il annonce ce qu’il entend du Père dans son cœur et son esprit, Il enseigne ce que lui-même a reçu. Il est proche des pauvres et des opprimés comme le Dieu de l’Exode l’a été pour le peuple élu. Il guérit, chasse les démons, délie les enchaînés, relève l’humilié, comme son Père lui commande parce que son Père est le Dieu de la vie en abondance pour toutes et tous. Il prêche la présence agissante du Royaume; il en fait voir les signes. Il est le Sauveur tant attendu.

L’identité véritable du Nazaréen est difficile à saisir pour ses contemporains. Le Messie ne peut se présenter sous la forme d’un simple Galiléen, qui prend visage de pauvre et de marginal, qui ne s’insurge pas contre l’occupant romain, qui ne respecte pas le sabbat et les rituels de purification, qui se tient avec les pécheurs et les publicains, qui critique les activités du Temple. Ce Jésus ne peut être qu’un imposteur, un faux prophète.
L’identité véritable de Jésus est difficile à concevoir; elle demande un acte de foi en sa personne et en sa parole. Bienheureux sommes-nous parce que «tandis que Jésus parlait ainsi, beaucoup crurent en lui» (Jean 8, 30).

Seigneur Jésus, heureux, heureuses sommes-nous d’être les fils et les filles des gens qui t’ont cru sur parole, qui ne se sont pas laissés atteindre par les critiques et les condamnations de tes détracteurs. Que ton Esprit nous garde toujours fidèles et que nous soyons pour nos contemporains tes témoins et tes défenseurs.

Prière : Père qui sauve et donne; Dieu qui pardonne

Papa,
Je t’écris devant mes frères
Je te prie devant eux
afin qu’ils soient témoins de ma souffrance :
Je veux t’être totalement fidèle et dédiée
sans être sûre de réussir.
C’est ce que j’ai choisi : te faire confiance.
Sauf que pendant les épreuves, je flanche !

Papa,
aide-moi, tiens-moi la main
comme le fait n’importe quel père pour son petit enfant
qui prend des risques de toutes sortes en grandissant.
Je pense à l’image de ce garçon qui apprend la bicyclette
et son père qui l’empêche de tomber…
J’ai besoin de savoir que Tu me soutiens,
que Tu es là et que Tu m’aimes
malgré toutes mes chutes, mes peurs, mes cris de désespoir…
Je t’aime Père très bon
et je veux Te sentir avec moi
chaque jour de ma vie pour l’éternité.
Je t’aime Dieu car Tu as mis en nous le Royaume des Cieux, dès maintenant.

Je t’aime Éternel car Tu m’as aimé le premier.
Je t’aime Créateur car Tu as fait toutes ces merveilles,
mes frères et sœurs.
Je t’aime Rédempteur car Tu nous diriges sans cesse
à l’école de l’Amour.

Papa, devant Toi je suis toute petite.
Accorde-moi la grâce du pardon
et la plénitude de la Résurrection.
Pour moi et pour tous. Amen.

Auteur : Coralie

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s