« Une pause par jour » – 22 février 2019

Première lecture – « Moi qui suis ancien et témoin des souffrances du Christ » (1 P 5, 1-4) – Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, les anciens en fonction parmi vous, je les exhorte, moi qui suis ancien comme eux et témoin des souffrances du Christ, communiant à la gloire qui va se révéler : soyez les pasteurs du troupeau de Dieu qui se trouve chez vous ; veillez sur lui, non par contrainte mais de plein gré, selon Dieu ; non par cupidité mais par dévouement ; non pas en commandant en maîtres à ceux qui vous sont confiés, mais en devenant les modèles du troupeau. Et, quand se manifestera le Chef des pasteurs, vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas. – Parole du Seigneur.

Psaume 22 (23), 1-2b, 2c-3, 4, 5, 6

R/ Le Seigneur est mon berger :
rien ne saurait me manquer. (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Évangile – « Tu es Pierre, et je te donnerai les clés du royaume des Cieux » (Mt 16, 13-19) – Alléluia. Alléluia. (En Carême : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi !) Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Alléluia. (Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi !)   (Mt 16, 18) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Des clefs, pour quoi faire ?

Pour ouvrir les portes, direz-vous! Mais pas n’importe lesquelles: les portes du Royaume des cieux. Comme s’il y avait des serrures pour franchir le passage dans la vie en Dieu. Oui, les clefs du Royaume ouvrent à la vie dans la miséricorde de Dieu. Pierre reçoit de Jésus non seulement la garde des clefs mais aussi le pouvoir de « lier et délier », de donner les conditions du passage. Étonnant pouvoir confié à un homme, avec ses faiblesses, ses trahisons mais aussi ses coups de coeur, ses actes de foi inspirés par l’Esprit. Dans l’interrogatoire de Jésus, il y a de quoi nourrir la relation de chacun avec le Seigneur. La bonne réponse s’inscrit d’abord dans l’Histoire : Jean-Baptiste, Élie, Jérémie ou l’un des prophètes. Nous avons besoin de repères et de figures consensuelles. Mais cela ne suffit pas, l’entrée dans le Royaume appelle un engagement personnel : « Et toi, que dis-tu ? Pour toi, qui suis-je ? » Les clefs de nos réponses trouvent les serrures des témoignages apportés par le Christ et son Église : don, pardon, miséricorde… Les signes du Royaume sont dans l’attention aux petits et aux pauvres, dans une Église aux périphéries, comme le dirait le pape François. D’ailleurs, c’est bien à ce dernier que sont confiées les clefs ! Lier et délier, c’est incarner l’aujourd’hui de Dieu, quand le dire et le faire sont en cohérence avec l’amour de Dieu. Dans le don des clefs du Royaume, il y a la confiance sans limite que Jésus fait à Pierre et à ses successeurs. Alors, posons une réponse libre et joyeuse au « qui suis-je ? » et faisons confiance au pape François pour nous montrer les chemins qui ouvrent les portes du Royaume.

Prière d’Evangile

Nous te rendons grâce, Dieu vivant et vrai,

pour Jésus, ton Envoyé, notre sauveur.

Il a voulu bâtir son Eglise, ton nouveau peuple,

non sur des performances ou garanties humaines,

mais sur la foi de ses premiers disciples.

C’est là le germe d’un avenir nouveau,

en Esprit plus puissant que la mort.

Les clés du royaume des cieux,

que ton Fils a confiées aux apôtres,

sont le gage de ton amour miséricordieux.

A nous aussi, Jésus pose la question décisive :

« Pour vous, pour toi, qui suis-je ? »

Donne-nous, Seigneur, non seulement de répéter

les paroles inspirées de Simon Pierre,

mais d’y conformer sincèrement notre vie !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s