« Une pause par jour » – 17 janvier 2019

Première lecture – « Encouragez-vous les uns les autres, aussi longtemps que retentit l’aujourd’hui » (He 3, 7-14) – Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères, comme le dit l’Esprit Saint dans un psaume : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre coeur comme au temps du défi, comme au jour de l’épreuve dans le désert, quand vos pères m’ont mis à l’épreuve et provoqué. Alors ils m’ont vu à l’œuvre pendant quarante ans ; oui, je me suis emporté contre cette génération, et j’ai dit : Toujours ils ont le cœur égaré, ils n’ont pas connu mes chemins. Dans ma colère, j’en ai fait le serment : On verra bien s’ils entreront dans mon repos ! Frères, veillez à ce que personne d’entre vous n’ait un coeur mauvais que le manque de foi sépare du Dieu vivant. Au contraire, encouragez-vous les uns les autres jour après jour, aussi longtemps que retentit l’« aujourd’hui » de ce psaume, afin que personne parmi vous ne s’endurcisse
en se laissant tromper par le péché. Car nous sommes devenus les compagnons du Christ, si du moins nous maintenons fermement, jusqu’à la fin, notre engagement premier. – Parole du Seigneur.

Psaume 94 (95), 6-7abc, 7d-9, 10-11

R/ Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la voix du Seigneur. (cf. 94, 8a.7d)

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
où vos pères m’ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

« Quarante ans leur génération m’a déçu,
et j’ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n’a pas connu mes chemins.
Dans ma colère, j’en ai fait le serment :
Jamais ils n’entreront dans mon repos. »

Évangile – « La lèpre le quitta et il fut purifié » (Mc 1, 40-45) – Alléluia. Alléluia. Jésus proclamait l’Évangile du Royaume et guérissait toute infirmité dans le peuple. Alléluia. (cf. Mt 4, 23) – Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, un lépreux vint auprès de Jésus ; il le supplia et, tombant à ses genoux, lui dit : « Si tu le veux, tu peux me purifier. » Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » À l’instant même, la lèpre le quitta et il fut purifié. Avec fermeté, Jésus le renvoya aussitôt en lui disant : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre, et donne pour ta purification ce que Moïse a prescrit dans la Loi : cela sera pour les gens un témoignage. » Une fois parti, cet homme se mit à proclamer et à répandre la nouvelle, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais restait à l’écart, dans des endroits déserts. De partout cependant on venait à lui. – Acclamons la Parole de Dieu.

La lèpre… aujourd’hui

Identifié par sa maladie, l’homme qu’il était, le rejeté qu’il est, semble ne plus avoir d’autre nom ou d’autre prénom que celui de « lépreux » ! À l’audace du lépreux qui vient à sa rencontre, alors même que la loi lui interdit de s’approcher de quiconque, Jésus, pris de pitié, répond avec émotion et tendresse. Jésus étend la main. II pose un geste. Il touche celui que la maladie empêche d’être touché. L’audace du lépreux rencontre l’audace de Jésus qui va jusqu’à réintégrer l’exclu à la société qui, à cause de sa lèpre, le rejetait. À la mort programmée de cet homme; Jésus répond par la vie. « Je le veux, soit purifié! »

De nos jours, injustice et exclusion marquent encore notre société. Nous en faisons hélas tous le constat, quotidiennement. L’homme exclu par l’homme est une réalité bien triste de notre monde à l’aube du troisième millénaire. Aujourd’hui, les lépreux des temps modernes existent. Ils sont toujours sur le seuil, en dehors, rejetés, en marge, en manque, en attente. Oui, ils attendent, ils guettent de leurs proches une parole, un sourire, un regard. Ils attendent la compréhension, l’accueil, un geste. Leur cri est semblable à celui du lépreux de l’évangile : « Si tu le veux, tu peux! »

Alors, comme tant d’autres, je fais ce que je peux. Timidement. Discrètement. Et le visage du petit, de l’opprimé, du rejeté ou de l’exclu, le visage de ces lépreux d’aujourd’hui devient pour moi visage de mon Dieu.

Prière

Dieu notre Père, ton Fils s‘est fait proche de nous. Il a répondu aux cris des pauvres et des malheureux. Il est venu nous purifier de l’égoïsme, de la haine et des préjugés qui dressent des barrières entre nous. Ouvre nos cœurs à sa parole afin que nous le prenions comme modèle. Fais que nous vivions en communion entre nous et avec toi, Dieu vivant, pour les siècles des siècles. Amen.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s