« Une pause par jour » – 1er janvier 2019

Première lecture – « Ils invoqueront mon nom sur les fils d’Israël, et moi, je les bénirai » (Nb 6, 22-27) – Lecture du livre des Nombres

Le Seigneur parla à Moïse. Il dit : « Parle à Aaron et à ses fils. Tu leur diras : Voici en quels termes vous bénirez les fils d’Israël : “Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix !” Ils invoqueront ainsi mon nom sur les fils d’Israël, et moi, je les bénirai. » – Parole du Seigneur.

Psaume 66 (67), 2b.3, 5abd, 7.8b

R/ Que Dieu nous prenne en grâce
et qu’il nous bénisse ! (Ps 66, 2)

Que son visage s’illumine pour nous,
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
sur la terre, tu conduis les nations.

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que la terre tout entière l’adore !

Deuxième lecture – « Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme » (Ga 4, 4-7) – Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates

Frères, lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et soumis à la loi de Moïse, afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loi et pour que nous soyons adoptés comme fils. Et voici la preuve que vous êtes des fils : Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, et cet Esprit crie « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu. – Parole du Seigneur.

Évangile – « Ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né. Quand fut arrivé le huitième jour, l’enfant reçut le nom de Jésus » (Lc 2, 16-21) – Alléluia. Alléluia. À bien des reprises, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. Alléluia. (cf. He 1, 1-2) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé. Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception. – Acclamons la Parole de Dieu.

Mère de la paix

Même si l’année liturgique ne coïncide pas avec l’année civile, toutes nos rencontres sont ponctuées, ce matin, de «bonne année!».

Ces vœux échangés gagneront en force et en vérité lorsque la paix régnera dans les familles, les villages, les pays, les nations et le monde entier. C’est aujourd’hui la journée mondiale de prière pour la paix. En faisant nôtre devant Dieu cette intention, nous ne faisons que fertiliser les vœux que nous prononçons.

La paix véritable, celle qui n’est pas seulement absence de conflit mais, plus positivement, amitié, partage, collaboration sincère, cette paix-là vient de Dieu. Aucune paix durable ne pourra s’établir aussi longtemps qu’il restera au coeur de l’homme place pour l’égoïsme, le mépris, la haine. Seul Dieu peut changer le coeur de l’homme.

Et nous fêtons Marie, Mère de Dieu. Donnant au monde son fils Jésus, vrai homme et vrai Dieu, elle enfante pour toujours les biens parfaits auxquels nous aspirons; Mère de Dieu, elle est Mère de la paix.

Et Jésus, notre frère, nous a donné Marie comme mère. Une maman ne peut recevoir de plus beau cadeau que l’entente parfaite entre ses enfants. Nous ne pouvons mieux commencer l’année que réunis autour de notre mère, et Mère de Dieu, la Mère de la paix.

Prière à Marie

Marie, tu en as connu des premières fois

Rappelle‑toi: ta surprise au jour de l’Annonciation.

C’était une première pour toi : « Dieu a posé son regard sur toi, humble servante ».

C’est une première pour l’humanité: Dieu veut prendre corps en une femme.

 

Rappelle‑toi : ton empressement sur la route de la Visitation.

C’était une première pour toi : tu es déclarée « bienheureuse parce que tu as cru ».

C’est une première pour Élisabeth et pour nous: Avec Jésus tout bondit d’allégresse.

 

Rappelle‑toi: la nuit de Noël.

C’était une première pour toi, Joseph, les bergers et les mages

la Gloire de Dieu et la Paix pour les hommes sont annoncées

sous les traits d’un « enfant, emmailloté, couché dans une mangeoire ».

C’est une première pour nous: Dieu se manifeste toujours en ce qui est petit.

Rappelle‑toi: ton inquiétude à Jérusalem.

C’était une première pour toi : l’obéissance de ton Fils à son Père sera toujours première.

C’est une première pour nous: « Dieu toujours premier servi! »

 

Rappelle‑toi : ta présence à Cana.

C’était une première pour toi: coopérer à l’action de ton Fils.

C’est une première pour nous: Dieu se manifeste au cœur de nos existences humaines.

 

Rappelle‑toi: ta présence au pied de la Croix.

C’était une première pour toi: tout donner, même ton Fils.

C’est une première pour nous

« Il n’y a pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime. »

 

Marie, toi la première aux yeux de Dieu,

toi la première bienheureuse,

apprends‑nous à aimer Dieu comme tu l’as aimé

en premier.

Gérard NASLIN

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s