« Une pause par jour » – 5 décembre 2018

Première lecture – « Le Seigneur préparera un festin et essuiera les larmes sur tous les visages » (Is 25, 6-10a) – Lecture du livre du prophète Isaïe

En ce jour-là, le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés. Sur cette montagne, il fera disparaître le voile de deuil qui enveloppe tous les peuples et le linceul qui couvre toutes les nations. Il fera disparaître la mort pour toujours. Le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la terre il effacera l’humiliation de son peuple. Le Seigneur a parlé. Et ce jour-là, on dira : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! » Car la main du Seigneur reposera sur cette montagne. – Parole du Seigneur.

Psaume 22 (23), 1-2ab, 2cd-3, 4, 5, 6

R/ J’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours. (Ps 22, 6cd)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Évangile – Jésus guérit les infirmes et multiplie les pains. (Mt 15, 29-37) – Alléluia, Alléluia. Il viendra, le Seigneur, pour sauver son peuple. Heureux ceux qui sont prêts à partir à sa rencontre ! Alléluia. Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus arriva près de la mer de Galilée. Il gravit la montagne et là, il s’assit. De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit. Alors la foule était dans l’admiration en voyant des muets qui parlaient, des estropiés rétablis, des boiteux qui marchaient, des aveugles qui voyaient ; et ils rendirent gloire au Dieu d’Israël. Jésus appela ses disciples et leur dit : « Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin. » Les disciples lui disent : « Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ? » Jésus leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils dirent : « Sept, et quelques petits poissons. » Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules. Tous mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines. – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Des gestes annonciateurs (Matthieu 15, 29-37)

Saisi de compassion devant la foule affamée, Jésus rend grâce et rompt le pain. Il répétera cette prière et ce geste en instituant l’eucharistie, anticipation du festin messianique de la fin des temps, jour où le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages. Seigneur, à chaque messe nous faisons mémoire : nous nous souvenons, nous actualisons et nous attendons que tu viennes pour le grand festin.

Père Gérard Naslin, prêtre du diocèse de Nantes

Clé de lecture – « Il fera disparaître le voile de deuil » – Isaïe 25, 8

Inséré dans le livre d’Isaïe, ce texte annonce la littérature dite apocalyptique et nous en offre une clé. Au coeur des troubles de l’histoire, le prophète veut soutenir l’espérance, en annonçant la venue du Seigneur qui inaugurera un monde nouveau. La mort elle-même disparaîtra, parce que le voile tendu sur les yeux de tous sera enlevé. Ce dévoilement se dit en grec apokalupsis, apocalypse. La reconnaissance du projet de Dieu pour tous les peuples ne peut se faire que si nous acceptons de faire disparaître le voile qui obscurcit nos esprits et nos yeux. Voile de tristesse, de désespoir, de deuil. Ce que Dieu veut pour notre monde, c’est ce rassemblement festif, ce triomphe sur la mort et la haine que Jésus appellera le « festin du Royaume ».

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation

Quel pain offrir à Jésus pour qu’il le multiplie ? Pourquoi ne pas partager avec une association chrétienne ou avec ma paroisse une partie de l’argent prévu pour le repas de Noël ou pour les cadeaux ?

Revue « Prions en église » – décembre 2018 – pages 47 et 46

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s