« Une pause par jour » – 12 novembre 2018

Première lecture – « établis des Anciens comme je te l’ai commandé moi-même » (Tt 1, 1-9) – Lecture de la lettre de saint Paul apôtre à Tite

Paul, serviteur de Dieu, apôtre de Jésus Christ au service de la foi de ceux que Dieu a choisis et de la pleine connaissance de la vérité qui est en accord avec la piété. Nous avons l’espérance de la vie éternelle, promise depuis toujours par Dieu qui ne ment pas. Aux temps fixés, il a manifesté sa parole dans la proclamation de l’Évangile qui m’a été confiée par ordre de Dieu notre Sauveur. Je m’adresse à toi, Tite, mon véritable enfant selon la foi qui nous est commune : à toi, la grâce et la paix de la part de Dieu le Père et du Christ Jésus notre Sauveur. Si je t’ai laissé en Crète, c’est pour que tu finisses de tout organiser et que, dans chaque ville, tu établisses des Anciens comme je te l’ai commandé moi-même. L’Ancien doit être quelqu’un qui soit sans reproche, époux d’une seule femme, ayant des enfants qui soient croyants et ne soient pas accusés d’inconduite ou indisciplinés. Il faut en effet que le responsable de communauté soit sans reproche, puisqu’il est l’intendant de Dieu ; il ne doit être ni arrogant, ni coléreux, ni buveur, ni brutal, ni avide de profits malhonnêtes ; mais il doit être accueillant, ami du bien, raisonnable, juste, saint, maître de lui. Il doit être attaché à la parole digne de foi, celle qui est conforme à la doctrine, pour être capable d’exhorter en donnant un enseignement solide, et aussi de réfuter les opposants. – Parole du Seigneur.

Psaume 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6

R/ Voici le peuple de ceux qui cherchent ta face, Seigneur. (cf. Ps 23, 6)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Évangile – « Si sept fois par jour ton frère revient à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras » (Lc 17, 1-6) – Alléluia. Alléluia. Vous brillez comme des astres dans l’univers en tenant ferme la parole de vie. Alléluia. (Ph 2, 15d.16a) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheureux celui par qui cela arrive ! Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite à la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà. Prenez garde à vous-mêmes ! Si ton frère a commis un péché, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui. Même si sept fois par jour il commet un péché contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras. » Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! » Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Augmenter notre foi dans le Ressuscité (Luc 17, 1-6)

Au quotidien, faisons nôtre cette prière des Apôtres : « Augmente en nous la foi! » En écho, nous entendrons Jésus nous dire comme à ceux qu’il guérit : « Ta foi t’a sauvé. » La foi à l’oeuvre ici est un don gratuit de Dieu. Elle se traduit par un engagement indéfectible vis-à-vis de son Fils bien-aimé. Demandons au Père d’oser la confiance. Les yeux fixés sur le Vivant de Pâques, nous traverserons même la mort.

Soeur Bénédicte de la Croix, cistercienne

Clé de lecture – « La parole digne de foi » (Tite 1,9)

Après Paul, les lettres pastorales mettent en place sa succession : Timothée et Tite deviennent les figures du pasteur, ce surveillant (épiscope) chargé de veiller à l’authenticité de la foi des croyants et à la justesse de leur comportement. Le vocabulaire change. La parole digne de foi est désormais rapportée à un enseignement, la didascalie (ici traduite par « doctrine » au risque d’en figer le contenu). Les éléments liturgiques ou hymniques* cités montrent qu’une créativité chrétienne est à l’oeuvre, sans que la lettre en soit fixée. Elle doit cependant combattre des perversions, affronter des opposants. Mais la foi n’est pas un contenu figé, elle est parole qui se transmet dans une attitude de confiance et d’adhésion à ce que Dieu a fait pour nous.

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

* NDLR : Qui est caractéristique de l’hymne. (Source à trouver ici !)

Invitation

J’exprime plusieurs fois aujourd’hui la prière des Apôtres adressée à Jésus : « Augmente en nous la foi ! » Et je prends un moyen pour faire grandir cette foi.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s