« Une pause par jour » – 6 septembre 2018

Première lecture – « Tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu » (1 Co 3, 18-23) – Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, que personne ne s’y trompe : si quelqu’un parmi vous pense être un sage à la manière d’ici-bas, qu’il devienne fou pour devenir sage. Car la sagesse de ce monde est folie devant Dieu. Il est écrit en effet : C’est lui qui prend les sages au piège de leur propre habileté. Il est écrit encore : Le Seigneur le sait : les raisonnements des sages n’ont aucune valeur ! Ainsi, il ne faut pas mettre sa fierté en tel ou tel homme. Car tout vous appartient, que ce soit Paul, Apollos, Pierre, le monde, la vie, la mort, le présent, l’avenir : tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu. – Parole du Seigneur.

Psaume 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6

R/ La terre est au Seigneur, et toute sa richesse. (cf. Ps 23, 1)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Évangile – « Laissant tout, ils le suivirent » (Lc 5, 1-11) – Alléluia. Alléluia.  « Venez à ma suite, dit le Seigneur, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Alléluia. (Mt 4, 19) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. à cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent. – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Confiance sans filet (Luc 5, 1-11)

« Sur ta parole. » Quelle confiance inattendue pousse Pierre à lancer de nouveau ses filets ? Quelle folie lui dicte intérieurement de croire la pêche possible alors que lui-même n’y a pas réussi ? Pierre le fougueux devient docile sous le regard du Christ. Il nous interroge : comment notre confiance en Christ se manifeste-t-elle ? Quand lâchons-nous notre propre vision pour nous appuyer sur la sienne ? Sans cela, aucune fécondité n’est possible dans notre vie.

Soeur Véronique Thiébaut, religieuse de l’Assomption

Clé de lecture – « Tout vous appartient » (1 Corinthiens 3, 21)

Encore une formulation excessive, passionnée, dans la bouche de Paul. Elle décrit pourtant très exactement la situation des chrétiens qui ont accueilli le don de Dieu. Car la folie amoureuse de Dieu est allée jusqu’à donner aux êtres humains son propre Esprit, sa propre vie, et s’être, dans le Christ, livré à eux ; elle est allée jusqu’à confier aux hommes la Création et la conduite de l’histoire. Mais l’apôtre opère aussitôt un renversement dont il a le secret : la sagesse de Dieu est d’avoir tout remis au Christ, d’avoir inscrit la Croix au centre de la Création et de l’histoire, pour que l’humanité et le monde, plongés dans sa vie et sa mort, configurés à lui dans une lente et profonde transformation, ressuscitent comme Création nouvelle.

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation

Je relis la première lecture d’aujourd’hui : suis-je fou ou sage ? Quelles sont les personnes que je reconnais comme sages … de la sagesse évangélique ? 

Revue « Prions en église » – septembre 2018 – pages 55 et 54

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s