« Une pause par jour » – 8 juillet 2018

Première lecture – « C’est une engeance de rebelles ! Qu’ils sachent qu’il y a un prophète au milieu d’eux ! » (Ez 2, 2-5) – Lecture du livre du prophète Ézékiel

En ces jours-là, l’esprit vint en moi  et me fit tenir debout. J’écoutai celui qui me parlait. Il me dit : « Fils d’homme, je t’envoie vers les fils d’Israël,  vers une nation rebelle qui s’est révoltée contre moi.  Jusqu’à ce jour, eux et leurs pères  se sont soulevés contre moi.  Les fils ont le visage dur,  et le cœur obstiné ;  c’est à eux que je t’envoie. Tu leur diras : ‘Ainsi parle le Seigneur Dieu…’  Alors, qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas  – c’est une engeance de rebelles ! –  ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. » – Parole du Seigneur.

Psaume 122 (123), 1-2ab, 2cdef, 3-4)

R/ Nos yeux, levés vers le Seigneur,
attendent sa pitié. (cf. Ps 122, 2)

Vers toi j’ai les yeux levés,
vers toi qui es au ciel,
comme les yeux de l’esclave
vers la main de son maître.

Comme les yeux de la servante
vers la main de sa maîtresse, 
nos yeux, levés vers le Seigneur notre Dieu,
attendent sa pitié.

Pitié pour nous, Seigneur, pitié pour nous :
notre âme est rassasiée de mépris.
C’en est trop, nous sommes rassasiés 
du rire des satisfaits,
du mépris des orgueilleux !

Deuxième lecture – « Je mettrai ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure » (2 Co 12,7-10) – Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, les révélations que j’ai reçues sont tellement extraordinaires  que, pour m’empêcher de me surestimer,  j’ai reçu dans ma chair une écharde,  un envoyé de Satan qui est là pour me gifler,  pour empêcher que je me surestime. Par trois fois,  j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi.  Mais il m’a déclaré :  « Ma grâce te suffit,  car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. »  C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ  les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible,  c’est alors que je suis fort. – Parole du Seigneur.

Évangile – « Un prophète n’est méprisé que dans son pays » (Mc 6, 1-6) – Alléluia. Alléluia.  L’Esprit du Seigneur est sur moi : il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres. Alléluia.   (Lc 4, 18ac) – Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat,  il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors, Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant. – Acclamons la Parole de Dieu.

Au-delà du saisissable

Pour recevoir une parole venant de Dieu, il faut savoir se laisser surprendre. Le mystère de Dieu – comme celui de chaque personne – dépasse toujours ce que nous avons déjà pu percevoir. Les habitants de Nazareth n’ont pas cette capacité vis-à-vis de Jésus. Ils sont frappés d’étonnement à son endroit, mais pas d’une manière qui leur permet de recevoir ce qu’il leur apporte. Ils ont enfermé Jésus dans ce qu’ils croyaient connaître de lui. Au début de l’évangile de Marc, un autre homme était enfermé dans une connaissance de Jésus — « Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu » —, dont le Seigneur a révélé qu’elle venait d’un esprit impur. Pour que nous puissions progresser dans la connaissance de Jésus Christ, il nous faut renoncer à ce que nous avons déjà compris de lui si cette compréhension empêche le Seigneur de se révéler davantage et de pouvoir agir dans nos vies. Il en va de même avec notre prochain. Si nous « savons » qui il est, nous risquons de l’empêcher de se révéler davantage, voire de nous parler de la part de Dieu. Car le Seigneur nous parle de multiples manières : dans les Écritures saintes, en Jésus le Verbe fait chair, par ses prophètes, par son Église…. mais aussi par toute personne qui nous dit le vrai et le bien. Si j’enferme mon interlocuteur en pensant avoir tout compris de lui, je ne peux plus l’écouter en vérité. Mais si mon prochain, me disant le vrai et le bien, devient prophète, il est mieux que je l’écoute !

Père Emmanuel Schwab, curé de la paroisse Saint-Léon à Paris (XVe)

Revue « Prions en église » – juillet 2018 – pages 67 et 68

Seigneur, apprends moi à être humble et miséricordieux envers moi-même, car c’est avec mes faiblesses, mes limites que, grâce à Toi, je peux faire de belles choses ! V.P.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s