« Une pause par jour » – 27 mai 2018

Première lecture – « C’est le Seigneur qui est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ; il n’y en a pas d’autre » (Dt 4, 32-34.39-40) – Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple : « Interroge donc les temps anciens qui t’ont précédé, depuis le jour où Dieu créa l’homme sur la terre : d’un bout du monde à l’autre, est-il arrivé quelque chose d’aussi grand, a-t-on jamais connu rien de pareil ? Est-il un peuple qui ait entendu comme toi la voix de Dieu parlant du milieu du feu, et qui soit resté en vie ? Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation, de venir la prendre au milieu d’une autre, à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats, à main forte et à bras étendu, et par des exploits terrifiants – comme tu as vu le Seigneur ton Dieu le faire pour toi en Égypte ? Sache donc aujourd’hui, et médite cela en ton cœur : c’est le Seigneur qui est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ; il n’y en a pas d’autre. Tu garderas les décrets et les commandements du Seigneur que je te donne aujourd’hui, afin d’avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu, tous les jours. » – Parole du Seigneur.

Psaume – (32 (33), 4-5, 6.9, 18-19, 20.22)

R/ Heureux le peuple
dont le Seigneur est le Dieu. (32, 12a)

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Le Seigneur a fait les cieux par sa parole,
l’univers, par le souffle de sa bouche.
Il parla, et ce qu’il dit exista ;
il commanda, et ce qu’il dit survint.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi !

Deuxième lecture – « Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; en lui nous crions “Abba !”, Père ! » (Rm 8, 14-17) – Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire. – Parole du Seigneur.

Évangile – « Baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28, 16-20) – Alléluia. Alléluia. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit : au Dieu qui est, qui était et qui vient ! Alléluia. (cf. Ap 1, 8) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Il n’est pas n’importe quel dieu

Impossible de définir Dieu ! Mais la solennité d’aujourd’hui permet de balbutier son originalité et de se rappeler comment il se laisse connaître. Car le Dieu auquel nous croyons n’est pas n’importe quel dieu. Il se révèle dans sa relation entre le Père et le Fils, relation tellement intense qu’elle constitue elle-même une personne : l’Esprit. Dieu est Trinité. Et en créant l’homme et la femme à son image, Dieu les plonge dans cette relation vivifiante et essentielle. Relation que l’Esprit scelle par le baptême, dévoilant à ceux-ci leur identité de fils et de fille de Dieu. Plus qu’une élaboration théologique, la Trinité de Dieu s’inscrit dans notre humanité et la transforme. Désormais, notre vision du monde et de nous-mêmes porte la marque de cette relation originelle en dehors de laquelle toute forme de vie est une illusion. Car l’amour de Dieu et l’amour des autres nous sont nécessaires pour atteindre notre véritable identité d’enfant de Dieu. Le pape François nous presse d’assumer dans notre propre existence « le dynamisme trinitaire » que Dieu a imprimé en nous depuis sa création. « Tout est lié, nous rappelle-t-il, et cela nous invite à mûrir une spiritualité de la solidarité globale qui jaillit du mystère de la Trinité » (Laudato si, § 240). Dieu Trinité nous convie à l’amour. Pas simplement au respect, à la tolérance, à la bienveillance ni à la générosité…. Mais nous sommes aussi envoyés pour aimer à la manière dont Dieu Père, Fils et Esprit aime. Karem Bustica, rédactrice en chef de Prions en Église

Revue « Prions en église » – mai 2018 – page 183 et 184

Oui, Seigneur, tu es avec nous jusqu’à la fin du monde comme tu l’as promis. Donne-moi d’être signe de cette présence auprès de toutes les personnes que je rencontrerai sur leur route. (V.P.)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s