« Une pause par jour » – 24 mai 2018

1ère lecture – « Le salaire dont vous avez frustré les ouvriers, le voici qui crie, et leurs clameurs sont parvenues aux oreilles du Seigneur » (Jc 5, 1-6) – Lecture de la lettre de saint Jacques

Vous autres, maintenant, les riches ! Pleurez, lamentez-vous sur les malheurs qui vous attendent. Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des mites, votre or et votre argent sont rouillés. Cette rouille sera un témoignage contre vous, elle dévorera votre chair comme un feu. Vous avez amassé des richesses, alors que nous sommes dans les derniers jours ! Le salaire dont vous avez frustré les ouvriers qui ont moissonné vos champs, le voici qui crie, et les clameurs des moissonneurs sont parvenues aux oreilles du Seigneur de l’univers. Vous avez mené sur terre une vie de luxe et de délices, et vous vous êtes rassasiés au jour du massacre. Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous oppose de résistance. – Parole du Seigneur.

Psaume – (Ps 48 (49), 14-15ab, 15de-16, 17-18, 19-20)

R/ Heureux les pauvres de cœur,
car le royaume des Cieux est à eux ! (Mt 5, 3)

Voici le destin des insensés
et l’avenir de qui aime les entendre :
troupeau parqué pour les enfers
et que la mort mène paître.

Dans la mort, s’effaceront leurs visages :
pour eux, plus de palais !
Mais Dieu rachètera ma vie aux griffes de la mort :
c’est lui qui me prendra.

Ne crains pas l’homme qui s’enrichit,
qui accroît le luxe de sa maison :
aux enfers il n’emporte rien ;
sa gloire ne descend pas avec lui.

De son vivant, il s’est béni lui-même :
« On t’applaudit car tout va bien pour toi ! »
Mais il rejoint la lignée de ses ancêtres
qui ne verront jamais plus la lumière.

Évangile – « Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains » (Mc 9, 41-50) – Alléluia. Alléluia. Accueillez la parole de Dieu pour ce qu’elle est réellement : non pas une parole d’hommes, mais la parole de Dieu. Alléluia. (cf. 1 Th 2, 13) – Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds. Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. Chacun sera salé au feu. C’est une bonne chose que le sel ; mais s’il cesse d’être du sel, avec quoi allez-vous lui rendre de la saveur ? Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous. »– Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Lutte spirituelle

On a peut-être oublié, en ce début du IIIe millénaire, que le combat est un élément essentiel de la vie spirituelle. C’est vrai en termes de santé, de travail, de construction : la vie est une lutte. Notre vie intérieure aussi. Le combat spirituel est un long et patient travail sur soi pour laisser Dieu vivre en nous. Nous serons « salé (s) au feu », si nous suivons le Christ. Notre vie intérieure aura de la saveur. Père Philippe Berrached, assomptionniste. 

Clé de lecture – « Une occasion de chute »

L’excessive violence des paroles de Jésus nous force à réfléchir : qui s’est déjà coupé une main ou un pied, qui s’est jeté dans la mer, la meule au cou, pour éviter « une occasion de chute » ? Que signifie cette expression, en grec « un scandale », une pierre qui dépasse et fait tomber ? L’excès est à la mesure de l’enjeu. Le scandale, que Paul reprendra en montrant qu’il s’agit de la croix de Jésus elle-même, c’est de refuser la foi, de mettre en doute ou de nier la bonne volonté de Dieu, et finalement de ne voir que catastrophe et malheur dans la marche du monde. Or, Dieu aime tellement ce monde qu’il « lui a envoyé son Fils unique ». Rien ne devrait nous détourner de la confiance en sa fidélité sans faille. Roselyne Dupont-Roc, bibliste. 

Invitation 

J’ouvre mon journal ou écoute les nouvelles. Je scrute l’oeuvre de Dieu accomplie par des hommes et des femmes de bonne volonté.

Revue « Prions en église » – mai 2018 – page 163 et 164

Oui, Seigneur, tu es à l’oeuvre partout et en tous ! Donne moi d’être attentif à toutes les graines, même les plus menues, signes de Ton Royaume déjà en construction ! (V.P.)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s