« Une pause par jour » – 8 avril 2018

2ème dimanche de Pâques – Année B – Lecture du livre des Actes des Apôtres   (Ac 4, 32-35)

La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun. C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous. Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient, et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres ; puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun.

Lecture de la première lettre de saint Jean 1 Jn  5, 1-6

Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui.

Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements ; et ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde.

Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité.

Alléluia. Alléluia. – Thomas, parce que tu m’as vu, tu crois, dit le Seigneur. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! Alléluia. – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 20, 19-31)

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »

Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau: « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Ils se sont enfermés. Les portes verrouillées, comme lorsque l’on a peur du monde qui vous entoure. Et les volets baissés, pour rester entre soi, à l’abri des regards. Quand on voit que le monde se détourne de vous et quitte vos églises. Que la société s’organise sans vous. Que les Thomas de maintenant ne demandent même plus à voir, qu’ils sont indifférents. Et qu’on n’a à montrer qu’un tombeau qui est vide. Alors on se replie, on se protège du monde, on fait sa petite Eglise, son petit monde à soi et on attend que l’Esprit vienne vous donner raison d’avoir fermé vos portes.

Mais voilà que Jésus, franchissant les obstacles, se dresse au milieu d’eux. II leur montre ses mains, il leur montre son côté. Le tombeau était vide. Voici maintenant des plaies qu’il nous faudrait montrer aux Thomas d’aujourd’hui. Mais que vont-ils donc dire ? Parce qu’on est entre soi, on se prend à rêver. A des apparitions, des signes dans le ciel, à des festivités, à des succès de foule qui prouveraient qu’on est là. Qu’on n’a pas que des plaies. Et qu’on tient le bon bout. Que le monde se trompe, qu’on sortira vainqueur. Mais en rêvant, voit-on que les portes ont sauté ?

Alors Jésus leur dit : « Le Père m’a envoyé ; moi aussi, je vous envoie remettre les péchés. » Alors on est projeté au dehors, dans le monde. Parmi tous les Thomas. Pour vivre au milieu d’eux. Avec tout simplement des mains écorchées vives à force de servir, des poings qui ne se ferment pas, des mains qui restent ouvertes. Avec aussi des pieds qui se blessent, s’écorchent en marchant côte à côte avec tous ceux qui marchent. Et une plaie au côté à force d’ouvrir les bras. Pour que s’ouvrent les portes. Pour que l’on n’ait plus peur. Qu’on se réconcilie. Pour dire, comme lui : « La paix soit avec vous. »

Je crois en Dieu Père

très aimant et très bon.

Sans cesse il nous donne la vie,

sans cesse il nous relève

comme il a relevé Jésus de la mort.

 

Je crois en Jésus

que le Père a délivré de la mort.

Il est revenu au milieu de ses disciples toujours prisonniers de la peur

en leur disant: « La Paix soit avec vous. »

 

Je crois en l’Esprit Saint

Esprit de feu, Esprit du Père et du Fils.

C’est lui qui met en nous le désir de vivre en enfants de Dieu

et d’agir ensemble

pour que le monde soit plus fraternel.

 

Je crois à l’Eglise

dont les assemblées rappellent la première communauté de Jérusalem

qui vivait d’un seul cœur et d’une seule âme

dans la générosité et le partage.

Il est  Vivant !
Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient.

Ils avaient peur des Juifs…

Les paroles du prophète Zacharie se sont réalisées :

Je frapperai le berger et les brebis seront dispersées (Za 13,7).

Toi, le berger, tu as été frappé ; on t’a arrêté, mis à mort.

Tes disciples, comme des brebis apeurées, se sont enfuis et se cachent.

Marcher à ta suite, Seigneur, n’est pas une assurance tout risque !

C’est partager ta vie, tes joies, tes peines… tes succès, tes échecs…

Tout au long de son histoire, ton Eglise en fait l’expérience.

D’ailleurs tu avais été clair :

Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups…

Vous serez en butte à la haine de tous. (Mt. 1O,16-22).

Mais tu n’abandonnes pas tes amis.

Tu ne les laisses pas dans la nuit.

Jésus était là au milieu d’eux.

Soudain, pour eux, le soir se transforme en lumière : Tu es là !

Les portes verrouillées ne sont pas un obstacle pour toi.

Tu tiens ta promesse :

Vous allez gémir et vous lamenter tandis que le monde se réjouira ;

Mais votre affliction se tournera en joie. (Jn. 16,2O)

Les apôtres revivent :

Ils furent remplis de joie en voyant le Seigneur.

Nous aussi, nous pouvons partager leur joie.

L’Eucharistie nous dit ta présence fidèle : tu es là, toujours, avec nous.

A chaque célébration, la rencontre de ce soir de Pâques se renouvelle :

–  Tu nous réjouis de ta présence, tu nous apportes ta paix…

–  Tu viens nous éclairer par la Parole et nous fortifier par ton Pain…

–  Tu répands en nous ton Esprit : recevez l’Esprit Saint !

–   Et tu nous envoies dans le monde d’aujourd’hui :

Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie !

Seigneur ressuscité, viens chasser toute crainte de nos cœurs.

Fais de nous les messagers de ta paix et de ton amour pour tous !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s