« Une pause par jour » – 11 novembre 2017

31ème Semaine Ordinaire – Première lecture (Rm 16, 3-9.16.22-27)

Frères, saluez de ma part Prisca et Aquilas, mes compagnons de travail en Jésus Christ, eux qui ont risqué leur tête pour me sauver la vie ; je ne suis d’ailleurs pas seul à leur être reconnaissant, toutes les Églises des nations le sont aussi. Saluez l’Église qui se rassemble dans leur maison. Saluez mon cher Épénète, qui fut le premier à croire au Christ dans la province d’Asie. Saluez Marie, qui s’est donné beaucoup de peine pour vous. Saluez Andronicos et Junias qui sont de ma parenté. Ils furent mes compagnons de captivité. Ce sont des apôtres bien connus ; ils ont même appartenu au Christ avant moi. Saluez Ampliatus, qui m’est cher dans le Seigneur. Saluez Urbain, notre compagnon de travail dans le Christ, et mon cher Stakys. Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix. Toutes les Églises du Christ vous saluent. Moi aussi, Tertius, à qui cette lettre a été dictée, je vous salue dans le Seigneur. Gaïus vous salue, lui qui me donne l’hospitalité, à moi et à toute l’Église. Éraste, le trésorier de la ville, et notre frère Quartus vous saluent. À Celui qui peut vous rendre forts selon mon Évangile qui proclame Jésus Christ : révélation d’un mystère gardé depuis toujours dans le silence, mystère maintenant manifesté au moyen des écrits prophétiques, selon l’ordre du Dieu éternel, mystère porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi, à Celui qui est le seul sage, Dieu, par Jésus Christ, à lui la gloire pour les siècles. Amen. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Lc 16, 9-15)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande. Si vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ? Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. » Quand ils entendaient tout cela, les pharisiens, eux qui aimaient l’argent, tournaient Jésus en dérision. Il leur dit alors : « Vous, vous êtes de ceux qui se font passer pour justes aux yeux des gens, mais Dieu connaît vos cœurs ; en effet, ce qui est prestigieux pour les gens est une chose abominable aux yeux de Dieu. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

« Saluez »

Dans les versets 3 à 16 du dernier chapitre de la Lettre aux Romains,  l’impératif « saluez » apparaît pas moins de 15 fois. Et il revient encore dans les versets 22 à 27. Les diverses salutations échangées témoignent de la communion entre les membres de l’Eglise. Ainsi, faire communauté ne se limite pas à partager une même espérance ou la même foi. Former l’Eglise de Dieu signifie établir des liens, reconnaître des visages connus et aimés, se rendre service !es uns les autres. Etre une communauté chrétienne, c’est affaire de confiance mutuelle.

Mirages…

Vivre de l’Évangile requiert de l’habileté, comme le souligne Jésus dans la lecture évangélique. Mais c’est surtout être «digne de confiance» en s’attachant au Christ. Vivre ainsi peut inciter à porter un regard critique sur les rapports sociaux, à remettre en question l’attachement à certains types de biens, figurés ici par l’argent. Une telle critique n’est pas toujours bien acceptée. Avec de nouvelles images, nous retrouvons ici le caractère radical déjà présent dans d’autres passages de l’Evangile selon saint Luc proclamés plus tôt cette semaine (ch. 14). Resurgit alors le besoin d’habileté pour patiemment et efficacement transformer en soi et autour de soi le rapport « malhonnête» avec l’argent et ce qu’il permet. Car l’amour de l’argent rend sourd à l’Évangile tout autant qu’aux cris de souffrance de nos frères et sœurs …

Ma joie déborde auprès de toi

Tu es, Seigneur, le lot de mon coeur,  

tu es mon héritage

En toi, Seigneur, j’ai mis mon bonheur,

toi, mon seul partage !

Je pense à toi, le jour, la nuit.

Et c’est ta main qui me conduit, O Seigneur !

Préserve-moi de tout faux pas.

Mon coeur ne veut servir que toi, O Seigneur !

Sur toi les yeux toujours fixés,

je chante et marche en sûreté, O Seigneur !

Que peut la mort pour m’engloutir?

Car du tombeau je dois surgir, O Seigneur !

Devant ta Face il n’est que joie.

Joie débordante auprès de toi, O Seigneur !

Negro spiritual

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s