« Une pause par jour » – 21 octobre 2017

28ème Semaine Ordinaire – Première lecture (Romains 4, 13.16-18)

Frères, ce n’est pas en vertu de la Loi que la promesse de recevoir le monde en héritage a été faite à Abraham et à sa descendance, mais en vertu de la justice obtenue par la foi. Voilà pourquoi on devient héritier par la foi : c’est une grâce, et la promesse demeure ferme pour tous les descendants d’Abraham, non pour ceux qui se rattachent à la Loi seulement, mais pour ceux qui se rattachent aussi à la foi d’Abraham, lui qui est notre père à tous. C’est bien ce qui est écrit : J’ai fait de toi le père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant Dieu en qui il a cru, Dieu qui donne la vie aux morts et qui appelle à l’existence ce qui n’existe pas. Espérant contre toute espérance, il a cru ; ainsi est-il devenu le père d’un grand nombre de nations, selon cette parole : Telle sera la descendance que tu auras ! – Parole du Seigneur. 

Évangile (Luc 12, 8-12)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous le dis : Quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme aussi se déclarera pour lui devant les anges de Dieu. Mais celui qui m’aura renié en face des hommes sera renié à son tour en face des anges de Dieu. Quiconque dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné. Quand on vous traduira devant les gens des synagogues, les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez pas de la façon dont vous vous défendrez ni de ce que vous direz. Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure-là ce qu’il faudra dire. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Loi et foi

Deux «courants» de fond tiraillent l’Église depuis pratiquement toujours. Pour dire les choses simplement, il y a, d’un côté, le combat pour la vérité et, de l’autre, l’exercice de la miséricorde. On peut les ramener, sans trop de raccourcis, à la doctrine et à la foi. Dans sa Lettre aux Romains, Paul a beaucoup réfléchi à ces deux piliers du judaïsme (doctrine et foi). Choisi par le Seigneur pour être l’apôtre des nations, il lui est apparu que la soumission à la loi de Moïse comme unique voie de salut ne pouvait pas correspondre à la volonté divine. En effet, comment lire autrement la venue de tant de païens à la foi au Christ? Fallait-il circoncire tous les mâles? Obliger toutes ces personnes à apprendre par cœur les Ecritures? Les soumettre à tous les préceptes? Ces questions avaient tellement divisé les premiers chrétiens qu’il fallait trouver une voie rassembleuse. Dans l’Esprit Saint, Paul a compris que c’est par la foi seule que les humains sont réconciliés avec Dieu. La Loi est au service de la relation d’alliance entre le Seigneur et les humains, mais la foi est le moyen concret d’entrer dans cette alliance.

Se déclarer pour lui

Ceux et celles qui se déclareront disciples, Jésus lui-même les reconnaîtra devant les anges de Dieu. C’est une forme de réciprocité qui va tout à fait dans le sens de l’Alliance. Le Fils de Dieu y ajoute la promesse de l’assistance du Saint-Esprit lorsque vient le temps de témoigner de lui. Il n’y a donc pas à craindre, car le Seigneur reconnaît tous les siens. Que se passe-t-il alors pour ceux qui ne le connaissent pas? Il ne nous appartient pas de juger.  Notre mission est de poursuivre le témoignage pour qu’au sein de toutes les familles du monde se trace un chemin les conduisant peu à peu au pied de la croix et, par la croix et la résurrection, au Dieu vivant.

Donne-moi quelqu’un à aider

Seigneur, quand je suis affamé,

donne-moi quelqu’un qui ait besoin de nourriture.

Quand j’ai soif,

envoie-moi quelqu’un qui ait besoin d’eau.

 

Quand j’ai froid,

envoie-moi quelqu’un à réchauffer.

Quand je suis blessé,

donne-moi quelqu’un à consoler.

 

Quand ma croix devient lourde,

donne-moi la croix d’un autre à partager.

Quand je suis pauvre,

conduis à moi quelqu’un dans le besoin.

 

Quand je n’ai pas de temps,

donne-moi quelqu’un que je puisse aider un instant.

Quand je suis humilié,

donne-moi quelqu’un dont faire l’éloge.

Quand je suis découragé,

envoie-moi quelqu’un à encourager.

 

Quand j’ai besoin de la compréhension des autres,

donne-moi quelqu’un qui ait besoin de la mienne.

Quand j’ai besoin qu’on prenne soin de moi,

envoie-moi quelqu’un dont prendre soin.

Quand je ne pense qu’à moi,

tourne mes pensées vers autrui.

Coopérateurs de Mère Teresa

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s