« Une pause par jour » – 17 octobre 2017

28ème Semaine Ordinaire – Première lecture (Rm 1, 16-25)

Frères, je n’ai pas honte de l’Évangile, car il est puissance de Dieu pour le salut de quiconque est devenu croyant, le Juif d’abord, et le païen. Dans cet Évangile se révèle la justice donnée par Dieu, celle qui vient de la foi et conduit à la foi, comme il est écrit : Celui qui est juste par la foi, vivra . Or la colère de Dieu se révèle du haut du ciel contre toute impiété et contre toute injustice des hommes qui, par leur injustice, font obstacle à la vérité. En effet, ce que l’on peut connaître de Dieu est clair pour eux, car Dieu le leur a montré clairement. Depuis la création du monde, on peut voir avec l’intelligence, à travers les œuvres de Dieu, ce qui de lui est invisible : sa puissance éternelle et sa divinité. Ils n’ont donc pas d’excuse, puisque, malgré leur connaissance de Dieu, ils ne lui ont pas rendu la gloire et l’action de grâce que l’on doit à Dieu. Ils se sont laissé aller à des raisonnements sans valeur, et les ténèbres ont rempli leurs cœurs privés d’intelligence. Ces soi-disant sages sont devenus fous ; ils ont échangé la gloire du Dieu impérissable contre des idoles représentant l’être humain périssable ou bien des volatiles, des quadrupèdes et des reptiles. Voilà pourquoi, à cause des convoitises de leurs cœurs, Dieu les a livrés à l’impureté, de sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leur corps. Ils ont échangé la vérité de Dieu contre le mensonge ; ils ont vénéré la création et lui ont rendu un culte plutôt qu’à son Créateur, lui qui est béni éternellement. Amen. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Lc 11, 37-41)

En ce temps-là, pendant que Jésus parlait, un pharisien l’invita pour le repas de midi. Jésus entra chez lui et prit place. Le pharisien fut étonné en voyant qu’il n’avait pas fait d’abord les ablutions précédant le repas. Le Seigneur lui dit : « Bien sûr, vous les pharisiens, vous purifiez l’extérieur de la coupe et du plat, mais à l’intérieur de vous-mêmes vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté. Insensés ! Celui qui a fait l’extérieur n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur ? Donnez plutôt en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

Voir les œuvres de Dieu

Les propos de Paul dans la première lecture sont vigoureux. Il s’en prend aux «soi-disant sages» qui «ont échangé la vérité de Dieu contre le mensonge». Pour l’apôtre, toute la création dévoile la gloire de Dieu. L’intelligence humaine est préparée à en reconnaître les œuvres. De nombreux penseurs chrétiens ont cherché à convaincre leur génération des «preuves» de l’existence de Dieu. Reste que diverses croyances ont toujours coexisté avec la foi. La génération actuelle ne fait pas exception. Les «idoles» ne sont pas nécessairement les mêmes aujourd’hui, mais elles sont bien réelles.

Quelle pureté?

Jésus s’exprime aussi avec vigueur devant les pharisiens. De l’hôte qui lui reproche de ne pas s’être lavé les mains — non pas pour des raisons sanitaires, mais rituelles—, le Christ dénonce l’attitude hypocrite. Comme bien d’autres, il s’attache à la pureté extérieure davantage qu’à celle du cœur. Les pharisiens, à l’époque, se disaient peut-être qu’à force de purifier l’enveloppe, ils en viendraient à atteindre leur être profond. Ils sont sans doute un bon exemple de ce que dit Paul dans la première lecture: « Les ténèbres ont rempli leurs cœurs  privés d’intelligence. » Jésus ne se laisse pas prendre au piège. Il est déjà pur par la communion du cœur et de l’esprit avec son Père. Aucun geste rituel ne pourrait y ajouter quoi que ce soit. La conclusion peut toutefois surprendre: pour ceux qui en ont les moyens, l’aumône devient un moyen pour se purifier… Mais en fait, Jésus rejoint ici la pensée de bien des prophètes pour qui l’attention aux plus démunis vaut mieux que tous les sacrifices (cf. Isaïe 1, 11-17).

Donne-moi l’humour

Donne-moi une bonne digestion, Seigneur,

et aussi quelque chose à digérer.

Donne-moi la santé du corps,

aide-moi à la garder au mieux.

Donne-moi une âme sainte, Seigneur,

qui ait les yeux sur la beauté et la pureté,

afin qu’elle ne s’épouvante pas en voyant le péché,

mais sache redresser la situation.

 

Donne-moi une âme qui ignore l’ennui,

le gémissement et le soupir.

 

Ne permets pas que je me fasse trop de souci

pour cette chose encombrante que j’appelle moi.

 

Seigneur, donne-moi l’humour,

pour que je tire quelque chose de cette vie

et en fasse profiter les autres. Amen.

Thomas More

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s