« Une pause par jour » – 25 septembre 2017

25ème Semaine Ordinaire – Première lecture (Esdras 1, 1-6)

La première année du règne de Cyrus, roi de Perse, pour que soit accomplie la parole du Seigneur proclamée par Jérémie, le Seigneur inspira Cyrus, roi de Perse. Et celui-ci fit publier dans tout son royaume – et même consigner par écrit – : « Ainsi parle Cyrus, roi de Perse : Le Seigneur, le Dieu du ciel, m’a donné tous les royaumes de la terre ; et il m’a chargé de lui bâtir une maison à Jérusalem, en Juda. Quiconque parmi vous fait partie de son peuple, que son Dieu soit avec lui, qu’il monte à Jérusalem, en Juda, et qu’il bâtisse la maison du Seigneur, le Dieu d’Israël, le Dieu qui est à Jérusalem. En tout lieu où résident ceux qui restent d’Israël, que la population leur vienne en aide : qu’on leur fournisse argent, or, dons en nature, bétail, qu’on y joigne des offrandes volontaires pour la maison de Dieu qui est à Jérusalem. » Alors les chefs de famille de Juda et de Benjamin, les prêtres et les lévites, bref, tous ceux à qui Dieu avait inspiré cette décision, se mirent en route et montèrent à Jérusalem pour bâtir la maison du Seigneur ; tous leurs voisins leur apportèrent de l’aide : argent, or, dons en nature, bétail, objets précieux en quantité, sans compter toutes sortes d’offrandes volontaires. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Luc 8, 16-18)

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase ou ne la met sous le lit ; on la met sur le lampadaire pour que ceux qui entrent voient la lumière. Car rien n’est caché qui ne doive paraître au grand jour ; rien n’est secret qui ne doive être connu et venir au grand jour. Faites attention à la manière dont vous écoutez. Car à celui qui a, on donnera ; et à celui qui n’a pas, même ce qu’il croit avoir sera enlevé. » – Acclamons la Parole de Dieu. 

 » Vous brillez comme les astres dans l’univers, en tenant fermement la Parole de vie.  » (Philippiens 2,15-16)

« De même, que votre lumière brille devant les hommes. « (Matthieu 5,16) En vérité, notre lumière n’émane pas de nous : elle est une réflexion de la lumière du Christ, celui que l’évangéliste appelle  » la vraie Lumière, qui éclaire tout homme.  » (Jean 1,9). Il est important que notre lumière, comme disciples de Jésus, vienne de la lumière de Jésus. Nous devons être guidés par la vérité de l’évangile telle qu’elle nous a été donnée par les apôtres et leurs successeurs, les évêques. Lire l’Evangile, étudier le catéchisme – tout ce que nous faisons pour connaître mieux notre foi nous permet de transmettre le message du Christ plus fidèlement.

Ne cherchons pas à suivre la foule

Connaître la vérité de notre foi ne suffit pas. Jésus Christ veut la voir se refléter en nos vies. Les autres s’attendent aussi à la voir se refléter dans nos vies. Une manière de se comporter n’est pas bonne simplement parce qu’elle reçoit l’approbation de quelqu’un, de beaucoup de personnes, ou même de la majorité des personnes. Elle est bonne parce qu’elle répond à la vérité de qui nous sommes, du monde et de Dieu, comme notre Sauveur nous l’a enseigné. Sa vérité est un don précieux. Il nous donne la vérité avec amour, cherchant notre plus grand bonheur. Dans un monde où la confusion et les mensonges règnent nous avons la sécurité de la vérité, qui vient de Jésus notre Seigneur.

Le monde souffre par manque du Christ

Une grande partie de la souffrance humaine provient de notre éloignement de la vie véritablement bonne, que nous connaissons par les Dix Commandements et par le nouveau commandement de Jésus sur la charité. Nous les chrétiens devons faire briller cette lumière. Nous devons servir les autres en leur apportant le salut et la vie, le message du Christ. Écoutons les enseignements de l’Eglise, acceptons-les, réfléchissons sur les raisons de leur validité et leur immuabilité, et mettons-les en pratique avec persévérance et joie.

Aujourd’hui, tant de personnes souffrent parce qu’elles ne te connaissent pas, Seigneur. Tant sont seules et désespèrent parce qu’elles n’expérimentent pas ton amour et ta miséricorde. Aide-moi à apporter la lumière de ton message au monde d’aujourd’hui. Fais en sorte que la souffrance de quelqu’un soit amoindrie aujourd’hui par mon annonce de ta bonté et de ton amour.

(catholique.org)

Je n’ai peur de rien

Père, porte mon âme en son insouciance

jusqu’où Tu veux et qu’elle dorme dans Ta main

sans demander le sens et le but du chemin.

Qu’elle soit, n’ayant plus ni dessein, ni science,

légère, détachée et joyeuse au réveil

comme les moucherons qui dansent au soleil.

 

Détourne d’elle une inquiète défiance

qui mesure avant Toi le fil de l’avenir

et qui pèse l’espoir avec le souvenir ;

et l’analyse, accroupie en la conscience

dont l’ongle sans repos fouille de son labeur

l’ombre, l’ombre de l’ombre, et n’y fait pas de jour.

 

Je m’abandonne à Toi, divine Sapience,

ma force sera prête à l’heure du besoin

comme un manteau d’enfant dont la mère a pris soin.

Je ferai ce que Tu voudras, de confiance,

j’espère tout, mon Dieu : Tu règnes sur le Bien,

Tu règnes sur le mal et je n’ai peur de rien.

 

Ce que j’attends, je l’attends sans impatience,

ô mon Père, ô ma Mère, ô mon unique Foi !

Au destin qu’il me faut, loin ou près, porte-moi !

Tu vois le Temps et tout s’offre à ta prescience :

mes fruits en moi comme le germe dans le grain.

Tu connais ma fatigue, et ma soif et ma faim…

 

Et ton enfant n’a pas besoin d’expérience.

Marie Noël

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s