« Une pause par jour » – 27 août 2017

21ème dimanche ordinaire – 1ère lecture : «Je mettrai sur mon épaule la clef de la maison de David» – Lecture du livre du prophète Isaïe 22, 19-23

Parole du Seigneur adressé à Shebna le gouverneur: « Je vais te chasser de ton poste, t’expulser de ta place. Et, ce jour-là, j’appellerai mon serviteur, Eliakim, fils d’Helcias. Je Le revêtirai de ta tunique, je le ceindrai de ton écharpe, je lui remettrai tes pouvoirs: il sera un père pour les habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda. Je mettrai sur son épaule la clef de la maison de David: s’il ouvre, personne ne fermera; s’il ferme, personne n’ouvrira. Je le planterai comme une cheville dans un endroit solide; il sera un trône de gloire pour la maison de son père. »

2ème lecture : « Tout est de lui, et par lui, et pour lui » – Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains 11,33-36

Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu! Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables! Qui a connu la pensée du Seigneur? Qui a été son conseiller? Qui lui a donné en premier, et mériterait de recevoir en retour? Car tout est de lui, et par lui, et pour lui. À lui la gloire pour l’éternité! Amen !

Évangile « Je te donnerai les clés du royaume des Cieux » – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16, 13-20

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples: « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme?» Ils répondirent: «Pour les uns, Jean le Baptiste; pour d’autres, Elle; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes.» Jésus leur demanda: «Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant! »

Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit: « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas: ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux: tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux.»

Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ.

Un jour, il leur posa cette question étonnante : « Qui dit-on que je suis ? Et vous, que dites-vous ? » Une question étonnante, dérangeante, inquiétante, pour nous qui aimons tant avoir des certitudes. Qu’il nous dise qui il est et, comme le font les scribes, nous garderons sa réponse comme une définition, nous la retranscrirons, nous l’enseignerons, nous l’imposerons. Pas d’erreur, pas de doute et pas d’hésitation. Mais lui ne s’impose pas. II se tourne vers nous, vers notre coeur surtout, et notre liberté, nous laisse le dernier mot. Mais bien sûr une telle foi ne va jamais sans risques. Pour nous comme pour lui.

Mais Pierre, lui, ne craint rien. II se lève et répond : « Mais tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant. » Pierre se verrait-il déjà en tête du cortège, sous les acclamations? « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. » Ce serait le triomphe et la domination pour la gloire de Dieu. Et si au coin du feu, des gardes et des servantes, des hommes et des femmes expriment quelques doutes, il dirait ce qu’il faut croire. Au besoin, s’il le faut, il dégainerait l’épée. Et si la croix, trop lourde, lui écorche l’épaule, il la tiendrait bien haut, tout comme un étendard. Une foi qui ne va pas sans risques pour les autres.

Jésus s’est écrié : « Pierre, tu es heureux de reconnaître en moi l’envoyé, le Messie, le Fils du Dieu vivant. » C’est sur cette foi que mon Eglise est bâtie. Quand elle quitte le cortège des triomphes et des gloires, des certitudes et des victoires, où il ne se trouve pas. Et qu’elle le rejoint sur la route qui mène aux pauvres et aux petits. Car c’est pour eux qu’il est l’Envoyé, le Messie. Heureuse cette Eglise qui se risque à cette foi !

Dieu notre Père, nous sommes ces petits

à qui tu as bien voulu faire connaître

le mystère de Jésus, ton envoyé

et ton Fils bien-aimé.

Nous te remercions pour la foi

que tu mets en nos cœurs.

 

Dieu notre Père, notre foi est bien fragile.

Fais qu’elle soit la lumière dans notre nuit

et qu’elle nous conduise

vers nos frères et nos sœurs

pour leur dire combien tu les aimes.

Nous te remercions pour la joie de croire.

Dieu notre Père, veille sur ton Eglise,

où tu rassembles ceux et celles

qui mettent leur confiance en Jésus.

 

Par notre foi,

nous sommes les pierres vivantes

de ton Eglise qui résiste à tous les vents.

Nous te remercions pour la confiance

que tu nous donnes. AMEN

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s