« Une pause par jour » – 23 août 2017

20ème semaine du temps ordinaire – Livre des Juges 9,6-15

En ces jours-là, tous les notables de Sichem et ceux de la maison du Terre-Plein se réunirent et vinrent proclamer roi Abimélek, près du chêne de la Pierre-Dressée qui est à Sichem. On l’annonça à Yotam. Celui-ci vint se poster sur le sommet du mont Garizim et il cria de toutes ses forces : « Écoutez-moi, notables de Sichem, et Dieu vous écoutera ! Un jour, les arbres se mirent en campagne pour se donner un roi et le consacrer par l’onction. Ils dirent à l’olivier : “Sois notre roi !” L’olivier leur répondit : “Faudra-t-il que je renonce à mon huile, qui sert à honorer Dieu et les hommes, pour aller me balancer au-dessus des autres arbres ?” Alors les arbres dirent au figuier : “Viens, toi, sois notre roi !” Le figuier leur répondit : “Faudra-t-il que je renonce à la douceur et à la saveur de mes fruits, pour aller me balancer au-dessus des autres arbres ?” Les arbres dirent alors à la vigne : “Viens, toi, sois notre roi !” La vigne leur répondit : “Faudra-t-il que je renonce à mon vin, qui réjouit Dieu et les hommes, pour aller me balancer au-dessus des autres arbres ?” Alors tous les arbres dirent au buisson d’épines : “Viens, toi, sois notre roi !” Et le buisson d’épines répondit aux arbres : “Si c’est de bonne foi que vous me consacrez par l’onction pour être votre roi, venez vous abriter sous mon ombre ; sinon, qu’un feu sorte du buisson d’épines et dévore jusqu’aux cèdres du Liban !” »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 20,1-16

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « En effet, le royaume des Cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit dès le matin afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée : un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent, et il les envoya à sa vigne. Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans rien faire. Et à ceux-là, il dit : “Allez à ma vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste.” Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même. Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d’autres qui étaient là et leur dit : “Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?” Ils lui répondirent : “Parce que personne ne nous a embauchés.” Il leur dit : “Allez à ma vigne, vous aussi.” Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : “Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.” Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent et reçurent chacun une pièce d’un denier. Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier. En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine : “Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !” Mais le maître répondit à l’un d’entre eux : “Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ? Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi : n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon ?” C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. »

«Si c’est de bonne foi».

Le maître de la vigne, dans la parabole de Jésus, agit comme bon lui semble, ainsi que le faisaient les rois d’Israël tel Abimélek. Ce dernier fut acclamé par les Israélites alors qu’il avait fait assassiner les 70 fils de Gédéon. Malgré l’usurpation du pouvoir par Abimélek, le peuple ne veut pas écouter Yotam, dernier fils vivant de Gédéon, qui annonce pourtant de très mauvais jours. Abimélek, en effet, aura un règne court mais sanglant qui dévastera les Israélites. En dépit de ses défauts, le peuple l’a suivi, car il promettait des privilèges à quelques influents qui ont, comme lui, trompé le peuple. On le voit bien, depuis toujours, les «grands de ce monde» agissent souvent pour leur propre bien plutôt que pour celui de tout le peuple.

«Moi, je suis bon.

Le maître de la vigne, au contraire d’Abimélek, se conduit comme un homme d’une grande bonté. Sa justice déroutante ne plaît cependant pas aux ouvriers qui ont contracté une entente avant les derniers embauchés. Ils le reprochent au maître, car ils voudraient bien profiter d’une sorte de prime au rendement. Mais le maître ne revient pas sur sa parole. Les ouvriers ont reçu ce qui leur était promis en échange de leur travail. Nous aussi, parfois, osons douter de la bonté de Dieu qui, dans sa justice et sa miséricorde, est prêt à accorder au dernier venu la même récompense qu’aux ouvriers de la première heure. N’est-ce pas cependant une bonne nouvelle que de savoir que même ceux et celles que nous croyons loin du Royaume pourront encore y être appelés, au moment favorable?

Mon dernier espoir, c’est le Seigneur

On m’a jeté au trou
emmuré dans ma tête ;
je n’ai même plus le goût
de crier qu’on arrête.
Mon dernier espoir c’est le Seigneur…

A cette profondeur
mes coups vont-ils s’entendre?
Je crie vers toi, Seigneur
Mais sauras-tu descendre ?
Mon dernier espoir c’est le Seigneur…

Je me redis ton nom
comme une litanie
Toi, tu sais le pardon
qui nous réconcilie.
Mon dernier espoir c’est le Seigneur…

Je suis certain de lui,
plus sûr de sa relève
qu’un mineur dans sa nuit
n’est sûr du jour qui lève.
Mon dernier espoir c’est le Seigneur…

Le Seigneur est pardon,
il n’est pas récompense.
C’est parce qu’il est bon
que j’ai sa préférence.
Mon dernier espoir c’est le Seigneur…

Jean Debruynne

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s