« Une pause par jour » – 26 juin 2017

12ème semaine du Temps Ordinaire – Première lecture : « Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit » (Gn 12, 1-9) – Lecture du livre de la Genèse

En ces jours-là, le Seigneur dit à Abram qui vivait alors en Chaldée : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront ; celui qui te maudira, je le réprouverai. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. » Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth s’en alla avec lui. Abram avait 75 ans lorsqu’il sortit de Harane. Il prit sa femme Saraï, son neveu Loth, tous les biens qu’ils avaient acquis, et les personnes dont ils s’étaient entourés à Harane ; ils se mirent en route pour Canaan et ils arrivèrent dans ce pays. Abram traversa le pays jusqu’au lieu nommé Sichem, au Chêne de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays. Le Seigneur apparut à Abram et dit : « À ta descendance je donnerai ce pays. » Et là, Abram bâtit un autel au Seigneur qui lui était apparu. De là, il se rendit dans la montagne, à l’est de Béthel, et il planta sa tente, ayant Béthel à l’ouest, et Aï à l’est. Là, il bâtit un autel au Seigneur et il invoqua le nom du Seigneur. Puis, de campement en campement, Abram s’en alla vers le Néguev. – Parole du Seigneur. 

Évangile : « Enlève d’abord la poutre de ton œil » (Mt 7, 1-5) – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ; de la manière dont vous jugez, vous serez jugés ; de la mesure dont vous mesurez, on vous mesurera. Quoi ! tu regardes la paille dans l’œil de ton frère ; et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ? Ou encore : Comment vas-tu dire à ton frère : “Laisse- moi enlever la paille de ton œil”, alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. » – Acclamons la Parole de Dieu

«Tu deviendras une bénédiction.»

On entend parfois dire d’une personne qu’elle a été une «véritable bénédiction». C’est ce que le Seigneur dit d’Abraham dans la première lecture. La particularité de l’Alliance avec ce patriarche, c’est que celui-ci devient l’instrument de la bénédiction en faveur de tous les humains qui se reconnaîtront de sa descendance, c’est-à-dire croyants, comme lui, au Dieu unique. Avec Abraham, l’Eternel choisit de prendre les hommes et les femmes comme ses collaborateurs pour étendre sa bénédiction à toute la terre et sur toute vie. C’est aussi par ses pérégrinations qu’Abraham joue son rôle de «bénédiction» pour les peuples. En parcourant les différentes haltes allant de l’Irak moderne à l’Egypte et en y construisant des autels, Abraham étend sa renommée et sa foi.

«Hypocrite!»

Si Abraham fut une bénédiction ayant engendré après lui des générations de croyants, il n’en est pas de même pour certains religieux aux prises avec Jésus. Ceux-ci se réclament des pères dans la foi, surtout de Moïse dont ils sont devenus les «experts» de la Loi qu’il a laissée. Mais pour l’envoyé du Père, une chose est de connaître et de faire respecter la Loi, une autre est de l’appliquer pour soi-même. Sur ce registre, Jésus perçoit l’hypocrisie des êtres dont la morale est extérieure. S’élever au-dessus de la Loi n’est certes pas ce que le Père céleste attend de ses enfants. Par-delà ceux qu’il a dénoncés en tant qu’hypocrites en son temps, Jésus s’adresse à toute personne qui voudrait se justifier devant Dieu plutôt que d’accueillir sa grâce.

Prière : Seigneur, enseigne-nous à te parler

Seigneur, enseigne-nous à te parler.

Le feu soit dans notre langue face à la nuit.

Seigneur, enseigne-nous  à soutenir ton silence,

quand rôde l’ombre et que le feu faiblit.

 

Seigneur, enseigne-nous à consumer notre attente,

pour tirer d’elle l’aube qui nous attend.

 

Seigneur, enseigne-nous à t’écouter,

Toi qui nous viens aux lèvres quand nous prions.

 

Seigneur, enseigne-nous à te nommer Notre Père : une prière ayant le goût du pain ;

Une prière qui soit notre maison.

 

Pierre Emmanuel

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s