« Une pause par jour » – 29 mai 2017

7ème semaine de Pâques  – « Lorsque vous êtes devenus croyants, avez-vous reçu l’Esprit Saint ? » (Ac 19, 1-8) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul traversait le haut pays ; il arriva à Éphèse, où il trouva quelques disciples. Il leur demanda : « Lorsque vous êtes devenus croyants, avez-vous reçu l’Esprit Saint ? » Ils lui répondirent : « Nous n’avons même pas entendu dire qu’il y a un Esprit Saint. » Paul reprit : « Quel baptême avez-vous donc reçu ? » Ils répondirent : « Celui de Jean le Baptiste. » Paul dit alors : « Jean donnait un baptême de conversion : il disait au peuple de croire en celui qui devait venir après lui, c’est-à-dire en Jésus. »

Après l’avoir entendu, ils se firent baptiser au nom du Seigneur Jésus. Et quand Paul leur eut imposé les mains, l’Esprit Saint vint sur eux, et ils se mirent à parler en langues  mystérieuses et à prophétiser. Ils étaient une douzaine d’hommes au total. Paul se rendit à la synagogue où, pendant trois mois, il prit la parole avec assurance ; il discutait et usait d’arguments persuasifs à propos du royaume de Dieu.

Le responsable : humble

Le responsable de la communauté ne cherche pas à être reconnu sur les places publiques ni à être vénéré ou applaudi comme les vedettes du spectacle. Sa mission ne le place pas au-dessus des autres et ne lui confère aucune gloire. N’est-il pas façonné de la même matière humaine – du même humus-  que n’importe quel être humain ? Si l’orgueil le saisit à cause de la fonction qu’il a reçue, il devient un contre-témoignage de Celui qu’il est chargé d’annoncer. Car son premier travail est de manifester, en sa vie, l’humilité du Christ lui-même. Comment l’envoyé pourrait-il jouer au plus grand que son Maître ? Dans le responsable — en tout chrétien — doit être visible l’humilité du Christ posé sur la paille de l’étable, éloigné de l’or du Temple, fréquentant des pécheurs, refusant d’être roi, et posé sur le bois de la croix…

Le responsable : témoin

Le responsable ne cherche pas à être un excellent dirigeant dont la préoccupation principale consiste à faire fonctionner son entreprise sans ennuis. Il n’est pas un gestionnaire! Son premier travail est de témoigner de l’Evangile ! Par son enseignement, par son action quotidienne, par sa présence régulière en tons lieux de la communauté, par sa vie, il atteste que Dieu est venu partager la condition humaine. Il témoigne que l’Evangile est une puissance libératrice de tous les enchaînements. Il atteste que le Christ s’est laissé briser par amour et qu’il n’y a pas d’amour sans don total. Dans le responsable — en tout chrétien — doit être tangible la bonté du Christ. Témoigner ne signifie pas “dire des mots”, mais parler avec des actes. A travers le témoin on voit celui au nom de qui il parle…

Prière : Menacés de résurrection

Depuis ta résurrection, Seigneur,

tu viens nous retrouver

sur les bords du lac de Tibériade

et tu nous précèdes en Galilée.

Sur les lieux même de notre existence,

de notre travail et de nos rencontres.

Tu continues à prononcer les mêmes paroles,

paroles de paix et de confiance.

Tu agis encore avec la même autorité.

Tu partages comme « avant » le repas avec nous, tes amis,

comme si la mort, ta mort, n’avait rien changé.

Et pourtant…

Par ta présence,

tu nous dis qu’elle n’est qu’un passage.

Un chemin qui s’ouvre au matin de notre vie fœtale

et qui se poursuit après le soir de notre vie terrestre.

Car naître, c’est déjà mourir un peu.

Avec toi, la vie et la mort ont partie liée.

Notre résurrection commence

avec la première ride

qui se dessine sur le visage,

avec la première tache de vieillesse

qui apparaît sur nos mains,

que nous surprenons un jour

dans notre chevelure en la peignant…

Ainsi commence notre résurrection.

 

Elle n’est pas l’autre vie mais la vie autre.

Autre, par la qualité du regard

que nous portons sur notre existence

et sur ceux qui nous entourent.

Autre, parce que devenus tes disciples,

nous sommes dans le monde,

sans être du monde.

Ainsi, quand nous nous croyons menacés de mort,

nous nous trompons.

Avec toi, Seigneur,

nous sommes menacés de résurrection.

Car tu as vaincu la grande mort,

celle du péché, une fois pour toutes.

Et nous le savons, ta joie et ton bonheur

c’est que l’homme vive.

Notre résurrection finale

ne fera que manifester en clair

ce que nous sommes déjà

dans le cœur de ton Père :

des vivants!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s