« Une pause par jour » – 26 mai 2017

6ème semaine de Pâques – « Dans cette ville j’ai pour moi un peuple nombreux » (Ac 18, 9-18) ; Jean 16, 20-23 – Lecture du livre des Actes des Apôtres

À Corinthe, une nuit, le Seigneur dit à Paul dans une vision : « Sois sans crainte : parle, ne garde pas le silence. Je suis avec toi, et personne ne s’en prendra à toi pour te maltraiter, car dans cette ville  j’ai pour moi un peuple nombreux. » Paul y séjourna un an et demi et il enseignait parmi les Corinthiens la parole de Dieu. Sous le proconsulat de Gallion en Grèce, les Juifs, unanimes, se dressèrent contre Paul et l’amenèrent devant le tribunal, en disant : « La manière dont cet individu incite les gens à adorer le Dieu unique est contraire à la loi. »

Au moment où Paul allait ouvrir la bouche, Gallion déclara aux Juifs : « S’il s’agissait d’un délit ou d’un méfait grave, je recevrais votre plainte à vous, Juifs, comme il se doit. Mais s’il s’agit de débats sur des mots, sur des noms et sur la Loi qui vous est propre, cela vous regarde. Être juge en ces affaires, moi je m’y refuse. » Et il les chassa du tribunal.
Tous alors se saisirent de Sosthène, chef de synagogue, et se mirent à le frapper devant le tribunal, tandis que Gallion restait complètement indifférent. Paul demeura encore assez longtemps à Corinthe. Puis il fit ses adieux aux frères et s’embarqua pour la Syrie, accompagné de Priscille et d’Aquila. À Cencrées, il s’était fait raser la tête,  car le vœu qui le liait avait pris fin.

Joie et peine.

Devant les autres, nous ressentons souvent la pression de nous montrer toujours de bonne humeur. Or la peine fait aussi partie de notre vie. Lorsque nous affrontons une déception, une épreuve, une difficulté, de la tristesse, il ne s’agit pas de le masquer. Ce sont des moments importants à traverser. La parole de Dieu nous invite à accueillir notre peine dans l’espérance de jours meilleurs. Jésus nous assure que les malheurs se changeront en joie. Pour illustrer son propos, il recourt à l’image de l’accouchement. Quiconque a déjà vécu ou été témoin des douleurs de l’enfantement sait à quel point il s’agit d’une expérience des plus pénibles physiquement et sur le plan émotif. Heureusement, ce n’est que passager, car une joie immense en résulte et se prolongera bien plus longtemps. L’arrivée de l’enfant semble effacer la souffrance inhérente à sa venue. Pourtant, l’une ne va pas sans l’autre.

Au-delà de la souffrance.

De même, les périodes difficiles de nos vies sont souvent des lieux de croissance, de dépassement de soi et de renouveau. Nous pouvons retracer ces moments de joie intense qui ont surgi de nos peines. Alors que ses disciples s’enfoncent dans leur tristesse, Jésus les encourage et leur promet des jours meilleurs. Depuis sa mort et sa résurrection, ils savent (et nous aussi !) qu’avec lui, tout est possible. L’heure n’est pas au désespoir, mais à une espérance sans limites. L’apôtre Paul avait lui aussi besoin d’encouragement et de signes particuliers pour avancer dans sa mission. Le Seigneur lui donnait ce soutien nécessaire pour venir à bout de toute épreuve. Devenons à notre tour les instruments de l’espérance du Seigneur.

Prière : Relève-nous, Seigneur!

Comme des ossements desséchés, il est des jours où nous restons là, sans vie, sans espoir.

Chômeurs sans avenir, exilés sans patrie, déprimés sans espoir.

Il est des jours où l’angoisse, la peur nous étreignent, nous laissant comme morts.

Toi, Seigneur, tu es venu pour donner la vraie Vie.

Tu as promis d’être Celui qui change et qui guérit le cœur de l’homme.

Tu as fait de ta parole une promesse d’espérance, comme l’eau du torrent, profonde et vive, qui partout où elle passe ranime et fait vivre.

Seigneur, souffle de vie, donne-nous cet Esprit qui remet debout!

Viens relever nos corps, viens porter nos fatigues, nos lassitudes et changer nos coeurs de tristesse et de désolation en coeurs d’espérance.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s