« Une pause par jour » – 9 mai 2017

4ème semaine de Pâques – « Certains s’adressaient aux gens de langue grecque pour leur annoncer la Bonne Nouvelle » (Ac 11, 19-26) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, les frères dispersés par la tourmente qui se produisit lors de l’affaire d’Étienne allèrent jusqu’en Phénicie, puis à Chypre et Antioche, sans annoncer la Parole à personne d’autre qu’aux Juifs. Parmi eux, il y en avait qui étaient originaires de  Chypre et de Cyrène, et qui, en arrivant à Antioche, s’adressaient aussi aux gens de langue grecque pour leur annoncer la Bonne Nouvelle : Jésus est le Seigneur. La main du Seigneur était avec eux : un grand nombre de gens devinrent croyants et se tournèrent vers le Seigneur.
La nouvelle parvint aux oreilles de l’Église de Jérusalem, et l’on envoya Barnabé jusqu’à Antioche. À son arrivée, voyant la grâce de Dieu à l’œuvre, il fut dans la joie. Il les exhortait tous à rester d’un cœur ferme attachés au Seigneur. C’était en effet un homme de bien, rempli d’Esprit Saint et de foi. Une foule considérable s’attacha au Seigneur.

Barnabé partit alors à Tarse chercher Saul. L’ayant trouvé, il l’amena à Antioche.
Pendant toute une année, ils participèrent aux assemblées de l’Église, ils instruisirent une foule considérable. Et c’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples reçurent le nom de « chrétiens ».

Le nom de « chrétien » : un appel

“Chrétien” est avant tout un appel que Dieu adresse aux humains. Sont-ils prêts à porter le même nom que son Fils ? Acceptent-ils de se considérer comme ses enfants bien-aimés et de se comporter comme des frères de son Christ ? Acceptent-ils d’être baptisés du même nom d’amour que son Christ et d’entrer ainsi dans la grande famille de sa tendresse?

Le nom de « chrétien » : un choix

“Chrétien” n’est pas un nom que l’on reçoit en héritage, de la même manière que, sans rien demander, l’enfant reçoit le nom de ses parents. L’enfant n’y est pour rien : on le lui impose. Sa liberté n’est pas sollicitée.

Chrétien est un nom que l’on choisit. Librement on décide de le porter en sachant que toute l’existence en sera marquée. En effet, choisir de porter le nom du Christ — il faudrait dire “christien” à la place de “chrétien”— revient à décider de prendre la “voie” du Christ et à s’engager sur la même “route” que lui. Le “chrétien”, à la suite du Christ et réconforté par son Esprit, choisit d’orienter sa vie dans le sens du don total de soi afin de construire une terre fraternelle et révéler ainsi la tendresse du Père qui est aux cieux.

Le nom de « chrétien » : un honneur 

Quelle joie de porter le même nom que Jésus-Christ! C’est un réel honneur puisque nous, les enfants de la terre, fragiles et imparfaits, portons le même nom que le fils du Père qui est aux cieux ! Ce nom n’est pas une médaille d’or qu’on épingle à l’extérieur des habits. Il n’a rien à voir avec une récompense après une épreuve. Le nom de “chrétien” est un signe : en celui qui le porte, à ses actes et à ses paroles, on doit reconnaître le Christ.

Le nom de « chrétien » : un envoi 

Christ signifie “messie” : celui qui a reçu l’onction sainte et qui est envoyé pour libérer son peuple. Le chrétien, à l’image du Christ, se tourne vers le Père et dit avec confiance : “ Me voici ! Envoie-moi ! » La mission que Dieu lui confie est simple. Elle est semblable à celle du Christ en tout lieu, en toute circonstance : témoigner de la Passion de Dieu pour tous les humains sans exception.

Le nom de « chrétien » : une responsabilité 

En portant le nom du Christ, le chrétien devient responsable de son Evangile. En ses mains et à ses capacités créatrices insufflées par l’Esprit-Saint, le Christ remet l’annonce de sa Bonne Nouvelle.

Etre chrétien consiste donc à révéler l’accueil et le pardon du Christ. Comment cela se fera-t-il si ce n’est à travers la bonté et la réconciliation que le chrétien met en œuvre?

Etre chrétien consiste à montrer le Christ ressuscité. Comment cela se fera-t-il si ce n’est à travers des attitudes et des paroles qui relèvent les autres et leur rendent le goût de vivre ?

Etre chrétien consiste à annoncer le Christ sauveur. Comment cela se fera-t-il si ce n’est à travers des comportements qui arrachent les autres au mal et au désespoir ? Le salut du Christ se découvre à travers des humains qui sauvent leurs frères. La responsabilité du chrétien s’accomplit dans son temps offert, dans son amour donné, dans son service permanent, dans son accueil quotidien…

Le nom de « chrétien » : une humilité 

Ce n’est pas sous prétexte qu’il porte le nom du Fils de Dieu que le chrétien se prétend meilleur que les autres! S’il tirait orgueil de son appellation, il serait en contradiction complète avec sa mission. Il n’est pas plus proche de Dieu que n’importe lequel de ses frères humains! Le chrétien est humble parce qu’il a conscience de partager la fragilité et les limites de toute la condition humaine. Il est humble parce qu’il sait que tout ce qu’il est et tout ce qu’il a lui vient du Père dont la tendresse veille sur tous ses enfants de la terre.

Prière : Elle est belle, ton Eglise 

Ils sont blancs, ils sont jaunes, ils sont noirs, ils sont rouges issus des cinq continents et aussi des îles lointaines parsemant les océans !

Partout ils se rassemblent, s’émerveillant réciproquement de leurs multiples visages reflétant l’unique beauté du Père qui est aux cieux.

Elle est belle, ton Eglise, Seigneur !

Ils disent des mots qui roulent tout pareils aux galets des torrents de montagne ou qui glissent tout pareils aux caresses déposées avec douceur ou qui flottent, légers,
tout pareils aux rubans accrochés sur les ailes du vent !

C’est leur multiple prière tout droit jaillie de leur cœur  pour chanter l’unique louange du Fils venu leur servir l’amour infini.

Elle est belle, ton Eglise, Seigneur !

Ils s’engagent pour la paix. Ils sauvegardent la création.
Ils défendent l’Homme et ses droits,
lui faisant connaître aussi ses devoirs.

Ils espèrent en l’être humain et lui redonnent confiance, lui rappelant, par-delà les chutes et les échecs, qu’en lui a été placé, d’origine, le pouvoir de s’opposer au mal.

C’est leur multiple action sous l’impulsion de l’unique Esprit pour renouveler la face de la terre.

Elle est belle, ton Eglise, Seigneur !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s