« Une pause par jour » – 21 janvier 2017

14-crucifixion-480x320Temps ordinaire 2 – Hébreux 9, 2-3.11-14 – Psaume 46 (47) – Marc 3, 20-21 – « Il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant son propre sang » (He 9, 2-3.11-14) – Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères, dans le sanctuaire de l’ancienne Alliance, une tente était disposée, la première, où se trouvaient le chandelier à sept branches et la table avec les pains de l’offrande ; c’est ce qu’on nomme le Saint. Derrière le second rideau, il y avait la tente appelée le Saint des Saints. Le Christ est venu, grand prêtre des biens à venir. Par la tente plus grande et plus parfaite, celle qui n’est pas œuvre de mains humaines et n’appartient pas à cette création, il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant, non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux, mais son propre sang. De cette manière, il a obtenu une libération définitive. S’il est vrai qu’une simple aspersion avec le sang de boucs et de taureaux, et de la cendre de génisse, sanctifie ceux qui sont souillés, leur rendant la pureté de la chair, le sang du Christ fait bien davantage, car le Christ, poussé par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu comme une victime sans défaut ; son sang purifiera donc notre conscience des actes qui mènent à la mort, pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant.

Un sacrifice éternel.

Les sacrifices offerts par les prêtres dans le Temple de Jérusalem étaient, en quelque sorte, une mesure provisoire pour tenter de résoudre un problème récurrent: la rupture de la relation entre Dieu et son peuple. Jésus Christ, le grand prêtre, s’offre désormais lui-même en sacrifice éternel pour rétablir le lien rompu entre la Trinité et l’être humain. Le vocabulaire sacrificiel pour parler de la mort de Jésus peut nous sembler étrange. Mais il faut tenir compte du contexte entourant la rédaction de la Lettre aux Hébreux. L’auteur s’adresse vraisemblablement à des juifs convertis et il utilise toutes les données de leur pratique cultuelle pour démontrer la supériorité de la foi au Christ sur la loi de Moïse.

Prière après la communion

Il est donc vrai, Rédempteur des hommes
que Vous habitez en moi,
que je suis en possession de votre Corps,
de votre Sang, de votre âme, de votre Divinité.

Je vous adore ô mon Dieu
du plus profond de mon âme
et j’unis mes adorations
à celles que tous les anges et les saints
vous rendent dans le ciel.

Ô Dieu d’Amour,
oui je Vous aime de tout mon coeur,
de toute mon âme, de toutes mes forces.
Je vous remercie de la grande faveur
que vous m’avez faîtes de Vous donner à moi.

Je me donne à Vous sans réserve.
Agréez, divin Jésus cette offrande
que je vous fais de tout ce que je suis
et de tout ce que je possède.
Disposez de moi selon votre bon plaisir
et accordez-moi la grâce
de ne jamais Vous déplaire.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s