« Une pause par jour » – 13 janvier 2017

ato08lapinbleu044c-ps61_2Temps ordinaire 1 – Hébreux 4, 1-5.11 – Psaume 77 (78) – Marc 2, 1-12 – « Empressons-nous d’entrer dans ce repos-là » (He 4, 1-5.11) – Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères, craignons, tant que demeure la promesse d’entrer dans le repos de Dieu, craignons que l’un d’entre vous n’arrive, en quelque sorte, trop tard. Certes, nous avons reçu une Bonne Nouvelle, comme ces gens-là ; cependant, la parole entendue ne leur servit à rien, parce qu’elle ne fut pas accueillie avec foi par ses auditeurs. Mais nous qui sommes venus à la foi, nous entrons dans le repos dont il est dit : Dans ma colère, j’en ai fait le serment : On verra bien s’ils entreront dans mon repos ! Le travail de Dieu, assurément, était accompli depuis la fondation du monde, comme l’Écriture le dit à propos du septième jour : Et Dieu se reposa le septième jour de tout son travail. Et dans le psaume, de nouveau : On verra bien s’ils entreront dans mon repos ! Empressons-nous donc d’entrer dans ce repos-là, afin que plus personne ne tombe en suivant l’exemple de ceux qui ont refusé de croire.                         

Cultiver

Que veut dire cultiver et garder la terre ? Est-ce que vraiment nous cultivons et gardons la Création ? Ou bien l’exploitons-nous sans en prendre soin ? Le verbe « cultiver » me fait penser à tout le soin de l’agriculteur pour sa terre, pour qu’elle donne des fruits et que ceux-ci soient partagés: quelle attention, quelle passion, quel don de soi!

Cultiver et garder la Création est un mot d’ordre de Dieu donné non seulement au commencement de l’histoire, mais à chacun de nous; il fait partie de son projet; il s’agit de faire grandir le monde avec un sens de responsabilité, le transformer pour en faire un jardin, un lieu habitable pour tous.

Audience générale, 5 juin 2013   Pape François

Nouvelle année : Création

De mon avenir, Seigneur,
je ne suis pas le maître,
ni de mon passé.
L’un reste à mettre au monde
dans les joies et les douleurs de la création,
l’autre est définitivement clos.
Mais l’un et l’autre, Tu les regardes
avec la même tendresse et la même vigilance
que le père et la mère
regardant grandir leur enfant aimé.

De quoi aurais-je crainte ?

Dans l’année qui se lève,
dans la création qui commence,
Toi, Seigneur, Tu restes à mes côtés,
je le crois,
que le jour décline ou que je frôle l’abîme,
que je glisse dans la fosse
ou que je m’épuise à des quêtes sans intérêt,
que je rejoigne mes frères
sur les rudes chantiers du monde
ou que l’amour déroule son caressant soleil
sur mes terres à traverser !

Avec ta grâce qui éveille mon imagination
et soutient ma volonté,
avec les capacités qu’en moi, Tu as déposées,
il me revient à moi, Seigneur,
j’en ai pleine conscience,
de créer 365 jours
illuminés d’amour et de droiture !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s