« Une pause par jour » – 8 janvier 2017

traces_de_lumiere_01L’épiphanie du Seigneur – Isaïe 60, 1-6 – Psaume 71 (72) – Matthieu 2, 1-12 – « La gloire du Seigneur s’est levée sur toi » (Is 60, 1-6) – Lecture du livre du prophète Isaïe

Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. Voici que les ténèbres couvrent la terre, et la nuée obscure couvre les peuples. Mais sur toi se lève le Seigneur, sur toi sa gloire apparaît. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore. Lève les yeux alentour, et regarde : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur la hanche. Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera. Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi, vers toi viendront les richesses des nations. En grand nombre, des chameaux t’envahiront, de jeunes chameaux de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens ; ils annonceront les exploits du Seigneur.

Alors des nations marcheront vers la lumière dont tu rayonnes, des rois seront attirés par l’éclat dont tu te mettras à briller. (Isaïe 60, 3).
Le mot épiphanie signifie « manifestation». Pas une manif au sens sociologique, mais au sens théologique. Dans le contexte de la fête de Noël, la manifestation de Jésus s’exprime au moins à deux occasions. La première s’est faite auprès des bergers qui étaient dans les champs, la nuit de la nativité. Ce fut une révélation à des pauvres, le public privilégié de Jésus. Aujourd’hui, l’église souligne la révélation du Sauveur aux mages venus d’Orient. Qui étaient-ils? L’évangile est avare de détails. Selon la légende dorée, ils s’appelaient: Balthazar, Gaspard et Melchior. La littérature moderne complète les apocryphes. En effet, d’après Michel Tournier, un quatrième mage, un enfant, Taor, roi de Mangalore, était venu offrir du rahat loukoum à l’Enfant Jésus. Pourquoi pas?

Les mages de l’évangile apportent de l’or, de l’encens et de la myrrhe au futur « Roi des Juifs». On retrouvera le même titre sur la croix: INRI (Jésus de Nazareth, le Roi des Juifs). Par ce récit, Matthieu indique que la royauté de Jésus est reconnue par le monde entier. Ces récits de l’enfance, rédigés tardivement, nous renseignent sur un fait historique: au moment où Matthieu écrit son évangile, la Bonne Nouvelle a franchi les frontières d’Israël. Elle s’est déjà répandue dans les régions éloignées.

Joie et lumière de la gloire éternelle du Père, le Très-Haut, le Très-Saint, ô Jésus Christ!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s