« Une pause par jour » – 5 janvier 2017

Temps de Noël – 1 Jean 3,11-21 – Psaume 99 (100) – Jean 1, 43-51 – Nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères (1 Jn 3, 11-21) – Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, tel est le message que vous avez entendu depuis le commencement : aimons-nous les uns les autres. Ne soyons pas comme Caïn : il appartenait au Mauvais et il égorgea son frère. Et pourquoi l’a-t-il égorgé ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises : au contraire, celles de son frère étaient justes. Ne soyez pas étonnés, frères, si le monde a de la haine contre vous. Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. Quiconque a de la haine contre son frère est un meurtrier, et vous savez que pas un meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui. Voici comment nous avons reconnu l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans faire preuve de compassion, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ?

Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. Voilà comment nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous apaiserons notre cœur ; car si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l’assurance devant Dieu.     

Mes enfants, n’aimons pas seulement en paroles, avec de beaux discours; faisons preuve d’un véritable amour qui se manifeste par des actes. (1 Jean 3, 18)
Un jour, après la mort d’un de mes amis, j’ai eu le bonheur de mettre la main sur un long commentaire de l’évangile de saint Jean qu’il avait écrit au fil des ans. Dans l’introduction à son commentaire, l’auteur qualifiait ainsi saint Jean:
«On dirait qu’il bégaye. Il répète toujours la même chose: aimez-vous les uns les autres.» Il est notable que, dans son évangile, mais surtout dans ses lettres, saint Jean revienne sans cesse sur le commandement de l’amour. Il avait compris que rien au monde n’était plus important que cela. «Au soir de la vie, nous serons jugés sur l’amour» écrira plus tard saint Jean de la Croix.

En y pensant bien, le saint et le bandit disent la même chose, à savoir qu’il n’y a rien de plus important au monde que l’amour. Toutefois, tous les chemins ne mènent pas à l’amour. En acceptant d’aimer pour vrai, il faut accepter ce qui vient avec: la vérité, la justice, l’honnêteté. Saint Jean en est bien conscient. Voilà pourquoi il rappelle qu’il n’y a pas de véritable amour sans y mettre le prix. Des fois, aimer fera mal. Félix Leclerc a ce commentaire savoureux: «Si tu es pour la charité, mets ton capot de poil, car tu vas souvent coucher dehors>.»

Aimer, c’est être capable de pardonner. Aimer, c’est être capable d’ouvrir la bouche pour ne dire que la vérité; Aimer, c’est être capable de retenir ma langue, afin de ne pas offenser; Aimer, c’est être capable d’encaisser des coups sans vouloir les rendre. (M. Beauchemin)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s