« Une pause par jour » – 20 août 2016

« Ils disent et ne font pas » – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 23, 1-12)

En ce temps-là, Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas.
Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ; ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.
Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.

Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. »

Le plus grand parmi vous sera votre serviteur

Imaginons une famille, une ville, une entreprise, une col­lectivité humaine dans laquelle chacun n’aurait qu’un but : se mettre au service des autres. D’après Jésus, notre Eglise est ce lieu ! A l’en croire, ce qui nous caractérise, c’est que nous considérons le service comme un honneur. Pourquoi ? Parce que c’est la plus belle manière de lui ressembler. « Le Fils de l’homme est venu non pour être servi mais pour ser­vir et donner sa vie», a-t-il dit récemment (Mt 20, 25-28). Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé   « Ils agissent pour être remarqués des hommes : ils portent sur eux des phylactères très larges, des franges très longues. » Les pharisiens, dont ni la ferveur ni la foi ne pouvaient être mises en doute, n’échappaient peut-être pas tous à la tentation de paraître. Le reproche de Jésus doit nous rappeler une vérité valable pour chacun de nous : dans la vie per­sonnelle comme dans la vie communautaire, l’humilité est la clé du progrès. Celui qui s’élève, c’est-à-dire qui se croit grand par lui-même, on dit de lui à juste titre qu’il est « suffisant » : sa prétendue supériorité devient inévitablement faiblesse. Ceux qui pratiquent un art le savent: se croire excellent ferme la porte à tout effort, et donc à toute progression.

Prière

Vous n’avez qu’un seul Père,

dit le Seigneur.

 

Nous avons souvent fait de toi,

Père de toute vie, de toute liberté,

 une image ‑un peu agrandie-

 de nos paternités humaines.

Et beaucoup te rejettent

car ils t’imaginent autoritaire,

paternaliste, possessif.

 

Mais toi, Père de Jésus,

tu nous as montré en ton Fils

ta manière divine d’être Père:

Tu fais naître et renaître.

Tu fais bondir le boiteux et parler le muet.

Tu remets debout le désespéré.

Tu attends jour et nuit ton enfant qui a mal tourné…

 

Dieu de Jésus Christ,

tu es notre seul Père.

Nous te le demandons:

donne‑nous des cœurs de fils et de filles,

 unis dans un même amour de toi!

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s