« Une pause par jour » – 30 juillet 2016

« Hérode envoya décapiter Jean dans la prison. Les disciples de Jean allèrent l’annoncer à Jésus » – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 14, 1-12)

En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, apprit la renommée de Jésus et dit à ses serviteurs : « Celui-là, c’est Jean le Baptiste, il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. » Car Hérode avait fait arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et mettre en prison. C’était à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe. En effet, Jean lui avait dit : « Tu n’as pas le droit de l’avoir pour femme. » Hérode cherchait à le faire mourir, mais il eut peur de la foule qui le tenait pour un prophète.

Lorsque arriva l’anniversaire d’Hérode, la fille d’Hérodiade dansa au milieu des convives, et elle plut à Hérode. Alors il s’engagea par serment à lui donner ce qu’elle demanderait.  Poussée par sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. » Le roi fut contrarié ; mais à cause de son serment et des convives, il commanda de la lui donner. Il envoya décapiter Jean dans la prison. La tête de celui-ci fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l’apporta à sa mère. Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps, qu’ils ensevelirent ; puis ils allèrent l’annoncer à Jésus.

Une force qui éloigne la peur.

Libératrice, la vérité peut être déplaisante. Elle l’est pour Hérode. Voilà pourquoi il a mis Jean Baptiste en prison. Les paroles de vérité du prophète le dérangent. Aussi préfère-t-il réduire cet original au silence. Dommage! Jean Baptiste voulait libérer Hérode de la prison d’une sensualité désordonnée: « Tu n’as pas le droit de vivre avec elle. » Mais, en emprisonnant Jean Baptiste, Hérode renforce la solidité de ses propres chaînes. Et la peur de déplaire à la fille d’Hérodiade enferme encore davantage Hérode dans la prison de son péché.

Les circonstances de la décapitation de Jean-Baptiste peuvent laisser croire qu’il est mort en vain, uniquement pour satisfaire les caprices d’une danseuse. Et pourtant, son martyre produira son effet. Sa mémoire hantera le roi et soutiendra l’espérance d’un peuple qui attend la venue du Messie.

Pour annoncer la parole de Dieu dans l’adversité, il faut certainement une force de caractère hors du commun. Dans ces jours qui sont les nôtres, il n’est pas aisé d’évangéliser, de proposer la foi au Christ et de dénoncer certaines injustices. La peur du ridicule, de l’échec, du rejet et de l’incompréhension peut nous faire trembler. Encore aujourd’hui, Dieu nous appelle à devenir prophètes pour notre temps. Certains le font dans l’ombre, d’autres sont plus exposés aux railleries et aux persécutions. Sachons répondre à l’appel que le Seigneur inscrit au fond de notre cœur. Il a besoin de nous pour faire résonner sa voix dans toutes les sphères du monde. Quand nous entendons la voix des prophètes, accueillons leur parole qui libère.

Prière

Seigneur, donne-moi le courage de Jean-Baptiste qui ne transige pas avec les exigences de ton amour, et qui ose dénoncer les injustices, les petites et les grandes combines de ce monde, avec l’aide de ton Esprit-Saint, lui qui fait de nous des fils.

Christine, journaliste

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s