« Une pause par jour » – 29 juillet 2016

Sainte Marthe. « Je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu » – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 11, 19-27)

En ce temps-là, beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie  au sujet de leur frère.  Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus,  elle partit à sa rencontre,  tandis que Marie restait assise à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici,  mon frère ne serait pas mort.  Mais maintenant encore, je le sais,  tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. »
Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »  Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection,  au dernier jour. »  Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ;  quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »  Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu,  tu es celui qui vient dans le monde. »

Un enseignement  pour la foi

Le deuil frappe une famille. Ce sont des amis de Jésus, une fratrie. Et l’auteur de ce récit s’applique à mettre en avant le sens des faits et gestes de Jésus face à cet événement. Manifestement, ce n’est pas qu’un deuil. Marthe et Marie. Ces deux sœurs ont accompagné leur frère jusqu’au bout de sa maladie. Elles ne sont plus opposées dans «l’agitation» et «l’écoute». Désormais, elles sont unies dans une même foi: «Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort.» Leurs paroles n’ont pas le ton de la révolte ni de la récrimination, mais celui de la conviction que Jésus est le Fils de Dieu. Les disciples. Ces compagnons fidèles ne cessent de ramener le Maître «à la réalité»: «Revenir en Judée? mais, tu n’y penses pas!» «Si Lazare dort, il se réveillera bien un jour…» Sauf que Lazare est mort et non pas endormi. En témoins privilégiés, les disciples gardent en mémoire des paroles énigmatiques restées obscures jusqu’au jour de Pâques. Jésus. Il attend deux jours avant de se rendre auprès de ses amis dans l’épreuve. Il a l’air de faire de cet événement un cas d’école, un enseignement pour la foi de ceux qui sont là… Cependant, il est touché par la souffrance de ses amies. Jésus pleure la mort de Lazare. Autrement dit, tout n’est pas «calculé» d’avance. La tension tangible dans ce récit ressemble à celle de notre vie de foi. Notre foi est une foi pascale. Puissions-nous dire, à la suite des Apôtres, avec Marthe, Marie, et même Lazare: oui, Jésus est maître de la vie. La mort n’a plus aucun pouvoir sur lui.

Prière d’Evangile

Beaucoup d’entre nous, bien que vivants,

sont comme enfermés dans des tombeaux.

Opprimés, sans travail, affamés ou malades,

ils sont en proie à l’angoisse du lendemain.

Nous croyons, Dieu de tendresse et de pitié,

que tu peux ouvrir ces tombeaux-là.

Mais nous savons aussi que ton salut passe

par notre combat pour la liberté et la justice.

Ton Fils Jésus a délivré Lazare des liens de la mort,

montrant par là qu’il est sourcier de vie divine.

C’est lui qui incarne la promesse

d’un ciel nouveau et d’une terre nouvelle.

Certes, l’homme doit mourir pour vivre.

Mais tu nous redis aujourd’hui

que celui qui croit en toi ne mourra jamais

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s