« Une pause par jour » – 20 juillet 2016

« Ils ont donné du fruit à raison de cent pour un » – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 13, 1-9)

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

D’autres sont tombés sur le sol pierreux

Semeurs d’espérance !

Dans un langage simple et particulièrement suggestif, Jésus raconte l’histoire d’un semeur. À ses disciples qui ont besoin d’explication, il prend le temps de donner le sens de la parabole. Et pour ses auditeurs d’hier comme pour ceux d’aujourd’hui, ce qui était une simple mise en scène devient une mise en question. On est bien en face d’un semeur surprenant : il ne choisit pas son terrain. Il répand en abondance. Il sème partout. Il sème dans les terres dévastées, calcinées par les guerres, la haine ou la misère ; il sème dans les terres labourées par l’épreuve, la souffrance et la prière ; il sème aussi dans les terres disponibles des enfants et des cœurs purs. Il nous dit par là que Dieu ne fait pas de différence entre les hommes. Partout où il y a l’homme, Dieu peut semer sa Parole. À l’homme de s’interroger sur le type de terrain qu’il offre. L’attitude du semeur est celle de la gratuité, de la charité et de l’espérance. Il nous rappelle que l’espérance ne déçoit pas et nous invite à être des semeurs d’espérance. En même temps, il appelle à se libérer des soucis du monde pour que la semence puisse germer. Le semeur est un homme d’action, un être prévoyant, généreux, ouvert et soucieux de l’avenir. C’est un homme qui oeuvre pour que le lendemain soit un jour meilleur. Nous aussi, nous devons semer l’Évangile dans notre monde malgré ce qu’il semble contenir de mauvais. Nous devons semer dans la terre de chaque génération, de chaque culture et laisser à Dieu le soin de contrôler la germination et l’accroissement. Avec cette parabole, la question de l’accueil du Royaume est posée à ceux qui suivent Jésus, comme à nous aujourd’hui.

Méditation : Au bord du lac…

Que fais-tu, Jésus, ce jour-là, assis au bord du lac ? A quoi penses-tu ?

Si l’Evangile le signale, c’est que tu veux nous dire quelque chose.

Tu ressens peut-être le besoin d’un peu de repos, face à ce beau lac,

penses-tu à la mission que le Père t’a confiée ?

Il y a une trentaine d’années, tu es sorti de la maison de ton éternité

Et par l’incarnation, tu es venu habiter sur notre terre.

Il y a une année environ, tu es sorti de la maison de Nazareth

Afin de parcourir la terre de Palestine et annoncer la Bonne Nouvelle…

Le lac te fait penser sans doute aux pêcheurs que tu as appelés à ta suite,

Leur promettant d’en faire des pêcheurs d’hommes…

Quel est le résultat de cette pêche ? Où en est a mission ?

Tu nous redis ainsi l’importance de faire des pauses dans notre vie,

Pour voir où nous en sommes.

La célébration eucharistique du dimanche nous offre cette pause !

Apprends-nous à regarder avec toi la semaine écoulée,

Pour te rendre grâce des bienfaits reçus

Et pour mieux aborder la semaine nouvelle.

Une foule immense se ressembla autour de lui…

On ne te laisse guère tranquille !

Mais n’es-tu pas venu pour toutes ces foules de tous les temps ?

Tu en as pitié car elles sont comme des brebis sans pasteurs (Mt. 9,36).

Lors, tu oublies ton désir de repos et de solitude

Et tu réponds à l’attente de ces gens qui te pressent de tous côtés.

Garde-nous disponibles aux autres, comme toi, Seigneur !

Pour mieux te faire entendre, tu montes sur une barque.

La barque, c’est ton Eglise.

Par elle, tu veux nous conduire sur l’autre rive, la rive de Dieu.

Toi seul, tu le peux : Personne ne va au Père sans passer par moi. (Jn. 14,6)

Cette barque est souvent ballottée par la tempête et des vents contraires.

Les hommes ne veulent pas de ton enseignement.

Mais tu es là…

Et tu nous redis : Confiance, n’ayez pas peur !  (Mt. 14,27)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s