« Une pause par jour » – 21 mai 2016

« Celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas » – Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 13-16)

En ce temps-là, des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement. Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.

«À la manière d’un enfant».

À une époque et dans une société où la femme et l’enfant ne détenaient aucun droit ou si peu, voir Jésus caresser et embrasser des enfants a de quoi émouvoir. Et lorsqu’il dit que le Royaume appartient aux enfants et à ceux qui leur ressemblent, il ne s’attend pas à ce que nous adoptions un comportement puéril. Il y a un temps pour l’enfance et un temps pour la maturité. Ce que le Seigneur souhaite, c’est que nous gardions la pureté de coeur de l’enfance. Quand un enfant aime, il aime de tout son coeur. C’est cette qualité de relation que Jésus tient à ce que nous entretenions avec le Père. Comme l’enfant attend amour et protection de ses parents, nous sommes appelés à faire de même envers Dieu. Enfants du Père, nous avons à accueillir tout l’amour et toutes les grâces qu’il nous donne. Nous avons à avancer vers lui avec un coeur disposé à faire sa volonté. Nous sommes invités à lui faire confiance parce que nous savons qu’il veut notre bonheur et qu’il est avec nous.

Prière : Au cœur de leurs vies (prier.be)

Tous ces petits que ta Grâce m’égraine chaque jour
comme des chapelets de bonheur,
c’est Toi, Seigneur qui les fait vivre.

La foi en ce que je leur dis,
l’espérance en ce que je leur annonce,
l’amour que je leur donne,
préfigurent déjà les chemins qui montent vers Toi.

Car Tu es là au coeur de leur vie…

A travers tous ces petits,
c’est toute l’Humanité que je reçois chaque matin.
Leurs regards me disent nos interrogations et nos mystères,
leurs rires et leurs jeux, notre faim de bonheur,
leurs chagrins et leurs larmes,
notre souffrance et nos désespoirs,
la confiance innocente
dont ils me font l’offrande permanente
sont les germes de tous les moments d’amour
qui émailleront leur vie.

Seigneur,
je ne sonderai jamais assez,
l’exigeant cadeau que tu me fais
en me confiant ces petits d’hommes.
Accorde-moi de ne jamais les décevoir,
les blesser ou les tromper.
Donne-moi assez de cœur
pour aimer chacun d’eux dans ce qu’il a d’unique;
assez de tendresse pour réparer, apaiser,
redresser leurs blessures précoces,
assez de foi pour leur parler de Toi
sans caricature, sans erreur
mais jamais sans passion.

Accompagne-les où ta Providence les destine,
insuffle en chacun la lumière de ton Esprit.
Et que la vie les comble, les mutile ou les égare,
donne-leur de garder des jours passés
dans cette école et dans cette classe,
des images de tendresse, de lumière et de paix :
seule récompense, mais immense récompense,
que je te supplie de m’accorder.

Une institutrice de maternelle

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s