« Une pause par jour » – 13 mai 2016

« Sois le berger de mes agneaux. Sois le pasteur de mes brebis » – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 21, 15-19)

Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois :« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment? »
Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois :« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu?» Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

M’aimes-tu ? … alors, suis-moi.

Après sa résurrection, Jésus s’est manifesté à quelques uns de ses apôtres au bord du lac, puis il prend à part son apôtre Pierre. Il va lui confier une mission : “Sois le berger de mes brebis”. Tâche importante mais aussi difficile. Quels sont les critères qui ont guidés le choix de Jésus sur Pierre ? On aurait pu penser que Jésus aie interrogé Pierre sur son enseignement : “Est-ce que tu te rappelles bien tout ce que j’ai dit au cours de ces trois années de vie publique ? Est-ce que tu as bien interprété mes paroles ? Est-ce que tu as compris ce que je voulais faire ? Jésus ne l’interroge ni sur son orthodoxie, ni sur ses projets. Jésus pose une seule question : “M’aimes-tu ?” il va la répéter trois fois et même la première fois, il nous explique d’une certaine manière son choix : “M’aimes-tu plus que ceux-ci ?” C’est donc la relation aimante avec lui qui est le critère essentiel du choix de Jésus.

Pierre avait bien conscience de sa faiblesse. Il n’a pas oublié que quelques jours avant, il avait renié Jésus trois fois dans la cour du grand prêtre. Sa réponse n’a plus rien à voir avec sa réaction présomptueuse lors du dernier repas avec Jésus : “Même s’il faut que je meure avec toi, non, je ne te renierai pas” Mt 26, 35. Ou encore en Saint Jean : “Seigneur, pourquoi ne puis-je te suivre tout de suite ? Je donnerai ma vie pour toi !” Jn 13, 37. Pierre ne peut que répondre humblement : “Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime”. Il me semble que chacun de nous ne peut que reprendre humblement la réponse de Pierre tant nous avons conscience de la faiblesse de notre amour pour Dieu.

Nous remarquons que Jésus ne donne aucune consigne concernant la tâche confiée à Pierre. Il ajoute simplement deux choses. La première c’est que la mission qu’il lui a confiée est éprouvante : aimer en vérité risque fort d’entraîner des refus, des incompréhensions voire de la haine et, derrière l’image de ceux qui conduisent Pierre là où il ne voudrait pas aller, se dessine la persécution que Jésus lui-même a subi : “S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront vous aussi” Jn 15, 20.

L’autre parole qui termine ce passage de l’évangile est “Suis-moi”. C’est une parole que nous retrouvons souvent à travers les évangiles. Elle est à l’origine de toutes les vocations comme la vocation des disciples de Jésus au début de sa vie publique, au bord de ce même lac. S’adressant aux pêcheurs qui jetaient les filets : “Il leur dit : Venez à ma suite”. C’est aussi l’appel que Jésus adressait au jeune homme riche : “Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes… Puis viens, suis-moi” Mt 19, 21.

Ainsi ce dialogue entre Jésus et Pierre, nous pouvons l’entendre pour nous-mêmes. Certes, nous n’avons pas la même mission que Pierre, mais à chacun est confiée une mission avec la double condition : aimer et suivre Jésus.

Père Maurice Fourmond (commentaires d’Evangile)

Neuvaine de prière à l’Esprit-Saint.

Huitième jour : Demandons au Seigneur le don d’adoration, de crainte de Dieu, qui nous fait sentir la sainteté de Dieu.

Jésus dit à Simon : « Avance au large, et jetez les filets pour prendre du poisson »… Ils le firent, et ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient… A cette vue, Simon-Pierre tomba aux pieds de Jésus, en disant : « Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur ». Luc 5

Pape François : « Toute la vie de Jésus, sa manière d’agir avec les pauvres, ses gestes, sa cohérence, sa générosité quotidienne et simple, et finalement son dévouement total, tout est précieux et parle à notre propre vie. Chaque fois que quelqu’un se met à le découvrir, il se convainc que c’est cela même dont les autres ont besoin, bien qu’ils ne le reconnaissent pas : ‘Ce que vous adorez sans le connaître, je viens, moi, vous l’annoncer’. » (Ac 17,23) EG 265

Notre Père, Je vous salue Marie

Viens Esprit Saint

Prière :

Tu pénètres, Seigneur, le cœur de tout homme, tu connais les désirs de chacun. Et rien ne te reste caché ; daigne purifier les pensées de nos cœurs en y répandant le Saint-Esprit, afin que notre amour soit parfait et notre louange, digne de toi.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s