« Une pause par jour » – 13 avril 2016

« Telle est la volonté de mon Père : que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle » – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 6, 35-40)

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais je vous l’ai déjà dit : vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas. Tous ceux que me donne le Père viendront jusqu’à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors. Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Or, telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. Telle est la volonté de mon Père : que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »

Se confier à lui sans craindre le rejet.

En arrivant dans un nouveau milieu comme une école, un lieu de travail ou un groupe inconnu, qui d’entre nous n’a pas vécu un jour ou l’autre la peur du rejet? Sentiment normal et angoissant. Avec Jésus, nous sommes assurés d’un bon accueil: «Celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors.» Cette parole a de quoi nous réconforter. Elle devrait aussi nous inciter à oser proposer aux autres,  à ceux qui cherchent ou qui souffrent, de se confier à Jésus, avec l’assurance qu’il ne rejettera personne. Sainte Thérèse d’Avila disait: «Personne après l’avoir choisi pour ami n’a été abandonné par lui.» Jésus, pain de la vie pour rassasier toute faim humaine, a le souci de ne perdre aucun de ceux que le Père lui a confiés. Osons nous en remettre à lui, quelles que soient nos misères.

D’autre part, Jésus se présente comme celui qui donne la vie éternelle. Mais qu’est-ce que cette vie éternelle ? Sa prière , au chapitre 17 de l’Evangile de Jean, nous apprend qu’elle a partie liée avec la connaissance du seul et vrai Dieu, une connaissance fondée sur l’amour. Donc, sans le Fils en qui nous pouvons voir le Père, nous risquons fort de nous fabriquer « un faux Dieu », fruit de nos fantasmes de toute-puissance, de notre besoin de consolation ou de bien d’autres choses encore. Voilà qui nous invite à revenir inlassablement vers le Christ  tel qu’il se révèle à travers les Ecritures. N’est-il pas le chemin et la Vérité ?

Prière : adoration (prier.be)

Souvent, je pense à cet instant merveilleux, où tu refermeras tes bras sur moi,
où je poserai ma tête sur ton cœur.
Seigneur, ne regardes pas mes fautes, vois simplement le chemin parcouru vers toi,
pour te trouver.
Regarde dans mon cœur les noms de ceux que j’aime, de ceux que je n’ai pas assez aimés; et là, sur ton cœur, je serai enfin à ma place, celle que tu m’as destinée de toutes éternités; au cœur de l’amour infini. Ma vraie vie commencera.

Jeanine

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s