« Une pause par jour » – 11 avril 2016

« Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle » – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 6, 22-29)

Jésus avait rassasié cinq mille hommes, et ses disciples l’avaient vu marcher sur la mer. Le lendemain, la foule restée sur l’autre rive se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque, et que Jésus n’y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui. Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce. Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus. L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces  pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. » Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

Croire en celui que le Père a envoyé.

Les événements inexplicables fascinent les humains. Ainsi, après la multiplication des pains, des gens arrivent en barque à l’endroit où le miracle s’est produit. Le merveilleux les fascine et Jésus s’en désole, Il cherche à ramener son auditoire à l’essentiel: travailler à l’œuvre de Dieu. Mais quelle est cette œuvre? Il s’agit non pas de faire, mais de croire. Croire «en celui que le Père a envoyé». Croire qu’au-delà du pain multiplié, un autre pain existe, plus important. Croire qu’au-delà de nos soucis terrestres, une autre réalité se profile et nous dépasse. Croire que notre monde n’est pas une fin en soi, mais que nous sommes appelés à un devenir en Dieu. L’œuvre de Dieu, c’est croire! En qui est-ce que je crois? En quoi est-ce que je crois?

Alors que les interlocuteurs de Jésus demandent ce qu’il leur faut faire, le maître les invite à opérer un déplacement : l’œuvre de Dieu, c’est que vous croyez en celui qu’il a envoyé. Dieu respecte tellement notre liberté qu’il attend, tel un mendiant, l’aumône d’un élan de notre cœur pour manifester son amour. Face au créateur du ciel et de la terre, qu’est-ce qui est premier ? Lui prouver ce dont nous sommes capables par nos réalisations, même les plus géniales, ou tout simplement lui faire confiance ? Demandons  à Marie qui a risqué sa vie à la demande de l’ange, d’oser ce petit pas qui sauve.

Prière

Seigneur, nous cherchons souvent des signes qui nous conviennent pour croire en Toi, passant parfois à côté de ceux que tu nous envoies, encombrés que nous sommes par nos préoccupations, projets ou distractions. Aide-nous à ouvrir nos yeux, oreilles et cœurs à ta présence discrète.             Elisabeth

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s