« Une pause par jour » – 16 novembre 2015

« Que veux-tu que je fasse pour toi ? – Seigneur, que je retrouve la vue » – Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc  (Lc 18, 35-43)

Alors que Jésus approchait de Jéricho, un aveugle mendiait, assis au bord de la route. Entendant la foule passer devant lui,  il s’informa de ce qu’il y avait. On lui apprit que c’était Jésus le Nazaréen qui passait. Il s’écria : « Jésus, fils de David, prends pitié de moi ! » Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! » Jésus s’arrêta et il ordonna qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Il répondit : « Seigneur, que je retrouve la vue. » Et Jésus lui dit : « Retrouve la vue ! Ta foi t’a sauvé. »À l’instant même, il retrouva la vue, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela,  adressa une louange à Dieu.

Être aveugle?

Il y a les aveugles, c’est-à-dire les non-voyants dans le sens physique du terme. II y a aussi les aveugles spirituels, ceux qui voient leur champ de vision intellectuel et moral obstrué par les préjugés, les idées toutes faites, les certitudes. Ce texte nous permet de nous interroger sur le type de cécité qui risque de nous atteindre comme croyants et croyantes aujourd’hui.

Il nous rappelle que la cécité physique n’est pas un réel obstacle à la rencontre avec le Christ. L’aveugle de Jéricho bondit spontanément en jetant derrière lui son manteau de misère lorsqu’il entend dire que Jésus s’approche. Rien ne peut l’empêcher de le rejoindre. Voit mieux celui qui se laisse illuminer de l’intérieur, qu’il soit non- voyant ou pas. Voit mieux celui qui regarde avec les yeux du cœur.

Voilà qui nous renvoie à un autre passage des évangiles dans lequel Jésus décrit les pharisiens comme les véritables aveugles qui tentent, malgré tout, de diriger les autres (Matthieu 15, 14; 23, 16-19). Et qu’en est-il de nous? Sommes-nous de ces «aveugles» qui essaient d’en guider d’autres? Ou bien sommes-nous de ces personnes qui reconnaissent leur manque de lumière dans leur regard sur la vie et sur les autres et qui attendent une clarté intérieure comme une grâce à recevoir?

Enfin,  notons qu’il ne suffit pas d’informer sur l’identité de Jésus. Il faut conduire jusqu’à lui. Notre attitude, nos paroles et nos gestes doivent amener au Christ, en particulier ce pauvre qui vient nous solliciter et que la société met de côté. Qu’en rien nous ne fassions obstacle à l’accomplissement du salut dans sa vie. Le regard de Dieu n’est pas celui de l’homme.

Prière

Seigneur, je suis aveugle, enlève le bandeau qui m’empêche de voir tes merveilles.
Enlève-le pour que je puisse apercevoir ton Amour dans les sourires des gens.
Ôte-le afin que je m’émerveille devant tes créatures faites de ta Bonté.
Débarrasse-moi en pour que je puisse admirer ta Bienveillance dans le regard des enfants.
Enlève-le car ma foi est la lueur qui me guide dans le noir.
Seigneur, je suis aveugle et Tu me guides.     (Judith)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s