« Une pause par jour » – 14 novembre 2015

« Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? » – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc  (Lc 18, 1-8)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve  commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

Dieu entend notre prière.

Nous nous approchons de la fin de l’année liturgique et la parole de Dieu se fait de plus en plus insistante. Au cours de la semaine, la parole de Dieu nous a rappelé comment vivre pleinement l’Evangile, dans un dynamisme contagieux qui attire les autres à vouloir découvrir la source de notre bonheur. Elle nous rappelle que nous avons toujours la possibilité de nous convertir et que Dieu entendra notre prière.
La parabole de la veuve, dans l’évangile, montre bien que la confiance en Dieu n’entraîne pas la passivité. Il faut tenir les deux pôles: à la fois l’appel au secours, dans une reconnaissance lucide que seul Dieu peut nous faire connaître la véritable libération, et l’abandon dans une confiance heureuse. Oui, il nous rendra justes, il nous ajustera à notre condition de fils et filles de Dieu, Il est déjà en train de le faire dans les jours que nous vivons.

Chaque fin d’année liturgique nous rappelle que le temps n’est pas éternel. Nous marchons vers l’aboutissement d’une promesse, vers le Christ qui doit revenir pour nous rassembler et nous conduire vers le Père.

Concrètement, cela signifie : d’abord, croire que notre vie continuera au-delà de la mort, puisque nous venons de Dieu pour retourner vers lui. Ensuite, pardonner sans compter parce Dieu est amour et pardon. Faire preuve de reconnaissance, devenir de plus en plus accueillants. S’attacher à l’Evangile et en témoigner. Regarder l’avenir avec espérance parce que le règne de Dieu est déjà commencé et que notre foi peut nous en faire voir les signes. En tout temps, nous tenir prêts à rencontrer le Seigneur. Avoir une confiance inébranlable en Dieu, même s’il semble tarder à répondre à nos appels. Il faut persévérer comme cette femme devant le juge. Dieu nous aime, il nous fera justice.

Prière

Dieu éternel, maître de l’histoire, sans révéler ni le jour ni l’heure, tu nous promets un avenir de joie et de lumière auprès de Toi. Garde-nous vigilants dans l’espérance, ouverts aux signes de l’Esprit Saint ; que la venue de ton Fils, loin de nous surprendre, soit notre bonheur, lui le vivant pour les siècles des siècles.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s